Pourquoi on ne passe pas plus de temps dans la nature ?

Nov 19, 2019 | 12 commentaires

Bon, ok, c’est l’automne.

Il fait froid. Il fait moche. Les journées sont courtes. Il y a la chasse en forêt (je sais pas toi, perso, ça me terrorise !). Mais tout de même. On ne va presque plus dans la nature.

Et cette réflexion, je me la fais tout au long de l’année, quelque soit la saison. Pourquoi est-ce qu’on n’y va pas plus souvent ? Été comme hiver, je vais réussir à me motiver sur de courtes périodes, puis, plus rien. Nous continuons à avoir plein d’activités : on va à la bibliothèque par exemple, grande passion de Petit Lutin en ce moment. Mais les sorties nature passent à la trappe.

Pourquoi ?

Pas d’idée précise

Souvent, les choses se passent ainsi :

Moi – On sort ?
Amoureux – On va où ?
Moi – Je sais pas…
Amoureux – On va chercher une idée.

On sort des livres de balades, on regarde sur internet, on cherche une balade de géocaches… Deux heures plus tard, on n’a pas trouvé le truc parfait, on est noyé dans les idées, on en a marre, il est trop tard et on finit par ne rien faire. On fait le tour du pâté de maison à pieds, au mieux Petit Lutin joue un peu au parc à côté de la maison. Parfois, on finit au resto – pas bio, pas local, il est trop tard pour aller jusque là-bas – parce qu’on se sent tout tristes.

Trop compliqué

En hiver notamment, c’est compliqué. Il faut motiver Petit Lutin à se changer car non, le Tshirt à manches courtes et le jean avec trous aux genoux, ça ne convient pas pour sortir par 3°C tout l’après-midi. Trouver le collant qui va bien pour mettre sous le pantalon de rando, le sous-pull qui pique pas mais est suffisamment chaud. La polaire. Non pas celle-là, elle est serre trop le cou. Puis le goûter. Trouver des biscuits, des fruits. Ah oui, zut, il n’y a en plus. Je refais des cookies ? Mince, on aurait dû en acheter. Oui, mais on a dit on diminue les déchets. Y’en faudrait un paquet au cas où. Oui… et avoir la volonté de ne pas le manger en premier ! Je vais en acheter ? Mon Amoureux, tu as vu la gourde isotherme ? Non, et toi, tu sais où est ton deuxième gant ? Tu as pris la crème solaire ? Elle est où ? …

Manque de motivation

Parfois, j’ai l’impression d’avoir besoin de motivation pour trois pour que nous sortions en famille. Parfois, c’est mon Amoureux qui a cette impression. Et à force, cela nous pèse. Bien entendu, une fois que nous sommes dehors, tout le monde est content. Et souvent, Petit Lutin qui ne voulait pas sortir ne veut plus rentrer. Oui, mais, nous avons besoin de passer outre ce manque de motivation de départ pour enclencher les préparatifs et partir. Pas facile.

Bon, alors, on fait comment ? On abdique ? Non ! On met en place des astuces pour aider. Ca ne résoudra pas tous les problèmes. Ca facilitera au moins un peu les choses.

Des idées mais pas trop

Trop souvent, on ne fait rien car on n’arrive pas à choisir. Sous la multitude de possibilités alléchantes, on cherche l’idée parfaite. Surtout, le lieu parfait. Alors que finalement, l’activité est bien plus importante. Nous essayons donc de tabler sur deux activités principales très faciles à mettre en place pour des sorties régulières :

jeux libres avec un ou des amis : on invite un ou des amis de Petit Lutin et on les laisse jouer librement. C’est simple, efficace. Et quelque soit le lieu, c’est pareil pour eux. Ils s’amusent avec trois fois rien, on ne les voit plus pendant des heures.
activités natures pouvant se pratiquer à peu près n’importe où : ma plus grande source d’inspiration vient de deux livres des éditions Terre Vivante (présentations ici et ici) ainsi que de la précieuse formation Passeur de Nature qui propose des idées accessibles pour toutes les saisons. Petit Lutin adore piocher de lui-même des idées dans les livres ou la formation en ligne.

Des affaires bien rangées

Nous avons organisé notre petit cabanon à vélo avec tout un tas d’anciens meubles dont nous ne nous servons plus : deux meubles d’ordinateur ainsi que le meuble de change de Petit Lutin. Nous y avons disposé les affaires en fonction des saisons. Dans le meuble peu accessible, les affaires qui ne servent pas, et dans celui qui est accessible, des caisses avec les affaires de saison. Ainsi, en été, les affaires de camping, de jeux d’eau, de pique-nique… sont faciles à prendre. En hiver, on échange avec les vêtements chauds, les affaires de neige, les bottes de pluie ou de neige… Ainsi, tout est à portée de main, et c’est plus facile pour préparer les sacs à dos.

La décision de partir en avance

Alors là, on touche notre gros point faible : discuter en amont de ce que l’on pourrait bien faire ! On s’y essaie, et on progresse. Mais ce n’est pas encore ça. On essaie aussi d’avoir une liste d’idées toutes prêtes, dans lesquelles piocher facilement les jours où on a oublié de s’y prendre à l’avance. Quand on réussit à choisir en avance, ne serait-ce que la veille pour le lendemain ou le matin pour l’après-midi, la sortie que l’on va faire, tout se passe toujours de façon beaucoup plus fluide !

 

Note : Je profite de cet article pour te rappeler qu’Émilie, créatrice de la formation Passeur de Nature, offre en ce moment un bon de réduction de 30% jusqu’au 27 Novembre 2019 avec le code FamilyNat2.0. C’est la formation sur laquelle nous nous basons souvent avec Petit Lutin lors de nos sorties tous les deux.

Et toi, tu as des difficultés pour sortir dans la nature régulièrement ? Quels sont tes freins principaux ? Et les solutions que tu mets en place pour y remédier ? S’il te plaît, partage tes astuces pour la gérer en commentaires !


Certains liens de cet article sont affiliés. Lorsque tu commandes quelque chose via les liens affiliés, je touche quelques euros sans que cela ne te coûte rien de plus à toi. Pour tout savoir sur les rémunérations sur mon blog, et mes choix à ce sujet, je t’invite à consulter cette page. Je te remercie du fond du cœur pour ton soutien pour mon travail de blogueuse ♥

Encore un peu de lecture ?

12 Commentaires

  1. Clairement, ici, le plus gros frein, c’est de motiver le Lardon… Il est assez difficile à “déplacer” (comprendre que quand on est à la maison, il ne veut pas aller quelque part, et quand on y est, il ne veut pas rentrer)…

    Hâte d’aller me balader en forêt dès que le petit frère pourra marcher ! (ouiii, je pourrais le faire avant, mais j’ai plus de manteau de portage, et bref, c’est compliqué) Je suis sûre que ça fera bouger le grand qui veut toujours nous suivre finalement !

    Réponse
    • Ah oui, je comprends parfaitement, c’est pareil ici !!
      Juste pour info : je n’ai jamais eu de manteau de portage, j’ai toujours porté Petit Lutin lorsqu’il était bébé/bambin et qu’il en avait besoin. On le mettait dans le porte-bébé bien couvert, et ça ne posait pas de problème (on ne sortait pas toute la journée par -20°C non plus bien entendu !).

  2. Je me retrouve tellement dans ce que tu décris !
    C’est pareil, j’adore être dehors, marcher, balader.
    Mais la météo et avoir les bons vêtements ça me bloque la moitié du temps et je renonce.
    Pareil pour le goûter et le fait que si j’achète un paquet on va avoir la flemme et le manger et exit le zéro déchets et pas plus de solution puisque le jour de la balade il n’est plus disponible…
    Quand à trouver la bonne balade, j’y passe des heures, on ne la fait pas à cause de tout ça. J’oublie qu’elle existe. J’en cherche une pour une autre fois, ça refait pareil…
    Bref, ça m’agace !!!!!

    Réponse
    • Cela me rassure de ne pas être la seule dans ce cas. J’espère que tu as trouvé des solutions, et sinon, que les quelques unes évoquées ici t’aideront un peu !

  3. Je me reconnais également dans tes propos : trouver la motivation pour tout le monde, choisir le parc juste à côté et prendre les trottinettes ou choisir la balade pour laquelle il faudra prendre la voiture (et notre garage n’est pas juste à côté de notre appartement), laisser dormir un enfant et un adulte le matin, laisser le plus jeune faire sa sieste jusqu’à 16h00. Prendre un goûter, et, ah ? 17h ? il fait déjà nuit ?
    Et là, arrivent, les “on aurait du”, “la prochaine fois”, etc.

    Réponse
    • Je vois que ce n’est pas que nous alors ! Merci pour ton retour. J’espère que les quelques solutions évoquées ici pourront t’inspirer !

  4. Merci Clémentine. Nous n’avons pas d’enfants mais comme je me suis reconnue dans le premier paragraphe: on n’arrive pas à se décider, il est trop tard, on finit dans le Resto du quartier et tout le monde est déçu. Je sais que tu a mentionné la liste mais c’est vraiment ce qui nous sauve. J’ai un petit carnet d’idées. Pour les cookies, on prend tout simplement des fruits secs et des morceaux de chocolat dans une boîte – c’est une question de goût mais ca on en a toujours à la maison :)

    Réponse
    • Merci Marion pour le partage de tes astuces :)) Fruits secs et morceaux de chocolat n’arrivent pas me caler. Soit j’ai encore faim, soit je me sens barbouillée d’en avoir trop manger. Pourtant, j’adore ça…

  5. Oh dis, on voit que Petit Lutin a repris les bancs de l’école: le rythme de publication est monté d’un cran ici !
    Ton article m’interpelle car c’est une situation source de frustration et de culpabilité: je trouve que je ne sors pas assez en nature avec Eowyn. Dans mes freins actuels : il y a 1) le manque de temps (on croule tous les deux en ce moment, c’est un peu cata…); 2) la gestion des repas et siestes du bébé (elle dort déjà peu en journée à la crèche, j’aime autant qu’elle puisse faire des siestes correctes le week-end à la maison) et 3) les trajets pour aller quelque part (est-ce qu’on va à vélo? avec la remorque? où va-t-on mettre les vélos? est-ce possible en bus? dois-je louer une voiture? -> si voiture, souvent ça me casse car je déteste rouler et je suis la seule à avoir le permis). C’est ennuyant de ne pas avoir de beau chemin de promenade dans un rayon proche mais en périphérie urbaine, on ne peut pas tout avoir (soupir).
    Mais bon, je relativise: on sort tous les jours quand même sur un chemin cyclable assez agréable (bien qu’en ce moment, il fasse noir le soir et qu’on rentre à vélo). Puis, elle est encore petite: je me rattraperai quand la gestion d’une sortie sera un peu simple d’ici 1 an !
    Sinon, comment ça va dans ton nouveau chez toi? saurais-tu me transmettre ta nouvelle adresse? je me suis lancé un petit défi postal pour l’Avent :-)

    Réponse
    • Ah oui, c’est sur que j’ai bien plus de temps :))
      Oh lala, je ne vois ta demande d’adresse de maintenant, j’en suis très désolée. Pourrions-nous nous faire un défi postal de l’après ? Cela fait un long moment que je me dis que nos échanges me manque !

  6. Je crois bien à lire ton article et les commentaires que c’est pareil pour tout le monde.
    L’été c’est plus facile notamment parce que les créneaux horaires sont plus larges!
    L’hiver c’est plus compliqué et on a moins envie. Eh bien je remarque aussi que ce n’est pas bien grave d’hiberner…. et dès que le printemps revient hop on a de nouveau envie de passer du temps dehors!
    Avoir une liste de sorties toutes prêtes est aidant! Si non effectivement on cherche longtemps, finalement on ne fait rien ou presque et on est frustés!

    Réponse
    • Merci Clo pour ton retour. C’est vrai que c’est rassurant de se dire que l’on est beaucoup dans le même cas, et donc, que ce n’est peut-être pas juste un manque d’organisation personnel !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca t’a plu ? Continue ton cheminement écolo !

Tu recevras un mail par semaine, avec des astuces écolo, les récap des challenges écolo… Promis, je garde ces infos juste pour moi. Et pas plus d’un mail par semaine.

Et pour fêter ton arrivée, un mini-challenge d’une semaine pour faire tes premiers pas vers une diminution de tes déchets avec 7 astuces faciles et efficaces.

Pendant ce temps sur Instagram…