Ménage à domicile

Nov 6, 2020 | 10 commentaires

Je n’ai jamais été très à l’aise avec le fait de faire appel à quelqu’un pour faire mon ménage.

Donner un travail plutôt ingrat, sans intérêt à quelqu’un m’a longtemps semblé profondément injuste, d’autant plus que ce travail est en général payé au minimum du minimum. Soit, cela permet de se décharger de ce labeur et donner un travail à quelqu’un. J’ai toujours trouvé injuste que les métiers les plus pénibles ne soient pas ceux qui sont les mieux rémunérés. Pourquoi ce serait les études et non la pénibilité qui justifient le salaire ?

Pourtant, au vu de mon état de fatigue actuel, nous nous posons sérieusement la question avec mon Amoureux. Je me suis donc interrogée de nouveau sur cette possibilité, et j’ai essayé de voir sous quelles conditions donner ce travail à faire à une personne extérieure pourrait me sembler plus juste, notamment suite à la proposition d’article sur le ménage à domicile avec Apef.

Une aide pendant une période difficile

Je me dis que lorsque l’on traverse une période difficile, se soulager, même temporairement, du ménage est clairement, pour soi, une idée judicieuse. Dernièrement, je suis profondément épuisée par des problèmes de santé ainsi que des tracas personnels. L’ambiance anxiogène actuelle en rajoute, et le ménage me semble quelque chose d’insurmontable.

Bien entendu, nous répartissons la charge de travail domestique avec mon Amoureux. Mais quand de mon côté, je n’arrive plus à faire ma part, et si cela est amené à durer, le risque de tout laisser porter à mon Amoureux est qu’il soit épuisé à son tour. L’idée de nous soulager du ménage nous intéresse donc. Le raisonnement sera le même dans le cas d’une convalescence, suite à un accident, une opération… certaines épreuves de la vie font tout simplement qu’une aide extérieure se justifie.

Une relation sociale pour les personnes isolée

Dans d’autres cas, les personnes âgées ou souffrant d’un handicap sont parfois très isolées. Au delà du fait qu’elles ont réellement besoin d’aide pour faire leur ménage car cela leur est compliqué de le réaliser par elles-même, croiser quelqu’un dans ce cadre est parfois l’une des rares occasions qu’elles ont d’avoir un lien social et un lien vers le monde extérieur.

Je repense à Mémère, qui, une fois mon Pépère disparu, vivait seule dans une maison en limite d’un tout petit village. Aucun commerce à proximité, elle restait parfois des jours sans voir personne… à part “la Françoise” comme elle disait, qui venait quotidiennement pour lui faire son ménage, monter le bois pour le feu, l’aider à la vaisselle, la lessive… Rapidement, Françoise est devenue un pilier de la vie de ma Grand-mère, une personne indispensable, autant d’un point de vue de l’aide qu’elle lui apportait que du réconfort et de la relation sociale qu’elles entretenaient.

Les conditions qui me semblent indispensables

Si dans certains cas, demander de l’aide pour le ménage me semble donc parfaitement justifié du côté du foyer, il me semble indispensable que certaines conditions soient remplies pour l’employé.e :

  • une rémunération juste : employer quelqu’un pour faire mon ménage, ok, mais uniquement si je suis certaine que cette personne est convenablement payée et traitée. Si la France garanti au moins le SMIC, il me semble important de se renseigner aussi sur la démarche de l’entreprise : compte t’elle les déplacements dans le temps de travail, fournit-elle les produits et matériel de nettoyage… Autant de questions à se poser dont la réponse aura une incidence considérable sur le salaire des personnes employées. De plus, les personnes effectuant le ménage sont-elles engagées en CDI par l’entreprise ou juste des entrepreneurs sans aucunes garantie ni couverture sociale ?
  • un ménage écologique : il est aussi essentiel à mes yeux que le ménage soit fait en respectant mes valeurs écologiques. Je ne souhaite en effet pas que des produits chimiques, nocifs pour ma santé, et encore plus pour celle de la personne les respirant toute la journée ou mauvaises pour l’environnement servent à briquer mon intérieur.

De mon côté, une fois ces conditions remplies, même si cela ne rend pas le travail de ménage plus passionnant ou épanouissant, je me sens d’accord pour employer quelqu’un dans le cas d’une période difficile à traverser.

Et toi, tu emploies ou tu as déjà employé quelqu’un pour faire ton ménage ? Quelles étaient les conditions qui te semblaient indispensables pour accepter ce service à domicile ? S’il te plaît, partage ton avis en commentaires.


Je remercie à La Fourche d’avoir financé cet article et de m’aider ainsi à continuer mon travail sur ce blog. Pour tout savoir sur les liens sponsorisés ou affiliés, et mes choix à ce sujet, je t’invite à consulter cette page. Je te remercie du fond du cœur pour ton soutien pour mon travail de blogueuse ♥

10 Commentaires

  1. Bonjour Clémentine :)
    Pour moi une bonne manière de répondre à tes demandes est tout simplement d’être particulier-employeur : l’idée c’est que ce soit toi l’employeur donc tu connais exactement les conditions d’embauche. En général tu passes juste par une entreprise qui va te proposer des candidats et s’occuper des papiers.
    J’ai travaillé ainsi à un moment où j’avais besoin d’un complément de revenu et j’ai beaucoup apprécié l’idée. Quant aux produits c’est la famille qui me les fournissait donc tu peux demander de travailler avec ce que tu veux :)
    Par contre je ne connais pas les conditions/frais pour être particulier-employeur…
    J’espère avoir pu t’aider !
    Marine

    Réponse
  2. Bonjour Clémentine,
    Je confirme ce qu’indique Marine, lorsque tu es particulier employeur, tu maitrise l’ensemble des paramètres. Depuis la mise en place du CESU, les démarches sont très simples : le site du CESU explique tout cela très bien. Pour ma part, c’est ce que je fais depuis longtemps. Ma femme de ménage, qui gardaient aussi mes enfants après l’école quand ils étaient plus petits, est même devenue une amie. Parles-en autour de toi, rien ne vaut le bouche à oreille pour trouver une personne de confiance.
    Virginie

    Réponse
  3. Comme Virginie et Marine, ma solution préférée est l’emploi particulier employeur. Quand on a commencé à avoir besoin d’aide (fin de grossesse du Pinto), on est passés par une association car les employés y sont en CDI. Mais payés au smic et, surtout, de placements non compris dans le temps rémunéré ! En relation directe, on fait en sorte que notre employée se sente bien, on accepte ses demandes d’augmentation et d’aménagement de son temps de travail, on fournit les produits et quand elle habitait un peu loin de chez nous et que j’étais à la maison je la ramenais chez elle – c’est pas écologique mais je considère que c’était par respect pour elle. Maintenant elle habite tout prêt donc le dilemme ne se pose plus. Ce que je trouve difficile en tout cas, c’est que même si on est très attentif à son bien être, cela reste une relation de dépendance donc pas simple d’évaluer si on est dans le bien ou juste dans le moins pire… Enfin, ôté écologie on a commencé en lui proposant uniquement vinaigre, savon noir, etc et elle nous a demandé qu’on lui fournisse un gel javel. J’ai essayé des produits alternatifs mais elle préfère vraiment ce produit donc on a ajouté cela à contre cœur mais considérant que c’est vraiment son choix.

    Réponse
  4. Bonjour Clémentine, comme les précédentes réponses, ici nous avons préféré le CESU. 2 boulots prenant, j’étais à bout lq mon loulou avait qq mois (le “problème” du zéro déchet et de préparer tous ses repas, yaourts, compotes…). Notre femme de ménage n’avait plus d’employeurs et elle cherchait d’autre poste, rencontrée par notre nourrice. Je sais qu’elle aime bien venir chez nous car ce n’est pas encombré (facilité pr le travail), produits sains non toxiques, café à disposition… Je pensais comme toi initialement, mais tt le monde ne peut pas faire mon travail, et on permet à quelqu’un de travailler, cotiser pr la sécû sa retraite (vision plus terre à terre). Voilà, voilà, prends soin de toi

    Réponse
  5. Hello

    Nous on passe par un organisme leader du marché (un peu par facilité) je ne suis pas super à l’aise en ce moment de travailler de la maison alors qu’elle fait le ménage à coté.
    Ici on fournit les produits donc ils sont raccord avec nos convictions
    Après moi je me dis que je fournis du travail à quelqu’un qui a besoin de travailler et à ce moment précis pas la possibilité de faire autre chose. C’est finalement pour moi un acte social

    Réponse
  6. Pour avoir longtemps employé quelqu’un à domicile, je peux te donner quelques pistes. Tout d’abord, oui, si tu peux donner du travail à quelqu’un, fais le ! c’est le conseil que je donnais toujours aux salariées de mon entreprise qui venaient me demander un travail à temps partiel. Se faire aider coûte nettement moins cher que de prendre un temps partiel et donne du travail à quelqu’un. Tu travailles à domicile, mais je t’assure que quand on travaille à l’extérieur, rentrer dans une maison qui sent bon le propre, c’est toute la fatigue de la journée qui s’évanouit.
    Pour que ce travail ne soit pas ingrat, effectivement, il faut que l’employeur y mette du sien. Tout d’abord, sur sa façon d’accueillir sa femme de ménage : apprendre à la connaitre, parler avec elle, lui parler d’elle, de sa famille… Personnellement, chaque fois que j’étais à la maison, nous prenions un thé ensemble, soit avant de commencer, soit après. Lui laisser une certaine autonomie après avoir défini avec elle les tâches à réaliser, les produits à utiliser… il s’agit de déléguer ton ménage, donc, comme dans toute délégation, tu dois fixer les objectifs mais la laisser libre des moyens. Certaines choses ne seront pas faites comme toi tu les faisais, mais qu’est-ce qui est le plus important ? que ce soit propre ou “fait comme j’ai toujours fais ?” Pour la rémunération, il y a un salaire minimum à respecter, bien sûr. Il est bon de commencer à ce niveau, puis, en fonction de ton ressenti, tu peux choisir de donner une prime de temps en temps (par exemple, pour la nouvelle année ou encore pour les vacances..). Pour ma part ma femme de ménage est devenue une amie, nous nous recevons une fois par an à diner, c’est très chouette. Tu seras une employeure, alors comporte toi comme tu aimerais ou aurais aimé que ton employeur se comporte avec toi !

    Réponse
  7. Bonsoir
    Je me suis sentie assez mal à l’aise par ton article, qui à mon sens, est plein de jugements sous couvert de bonnes intentions. Je travaille beaucoup. Mon travail a toujours été consacré aux autres, personnes en situation de handicap et aujourd’hui auprès des personnes âgées…Je préfère garder le peu de temps pour mes enfants, mon mari. Cela fait plusieurs années que nous employons une aide à domicile. J’ai rencontré des femmes avec chacune beaucoup de richesse parfois très épanouies, certaines ont trouvé dans ce travail un second souffle pour travailler après des années à l’usine. Elles se sentent utiles.
    Attention à ne pas coller aux autres nos impressions négatives sur ce type d’emploi, cela me semble extrêmement dévalorisant. Nous avons toujours veillé à passer par des assos d’insertion ou encore qui proposent des CDI. Nous sommes aussi vigilants à nos produits écolos. Enfin, quand une personne intervient chez moi, après avoir échangé sur mes attentes, je lui laisse carte blanche. Elle est responsable du ménage réalisé car elle sait là où il faut plus intervenir ou pas. C’est une relation de confiance.

    Réponse
  8. Merci pour cet article et ce sujet qui “fait débat”, dans la bienveillance et avec beaucoup de réflexions, d’apports, d’exemples.
    Personnellement, je suis comme beaucoup, partagée entre donner une occasion de travail et l’impression de profiter de qqn.
    Nous n’avons pas encore franchi le pas de l’aide ménagère – ce sont souvent des femmes, mais je trouve le terme de “femme de ménage” assez péjoratif ;-) En fin de grossesse l’an dernier, je m’étais quand même rapprochée d’une association pour les femmes migrantes qui proposait une formation d’aide ménagère et une bourse d’emploi. Cela me paraissait être une bonne formule : l’assoc’ forme des femmes qui en ont envie/besoin, puis elle régule les aspects administratifs (assurance, etc) et propose un modèle de contrat ainsi qu’un salaire minimum pour la rémunération (à l’employeur-se ensuite de fixer son prix sur cette base). Pour les femmes formées, cela favorisait les contacts, les occasions de parler français, de rencontrer des gens dans leur pays d’accueil, et puis cela était très valorisant pour elles de pouvoir se former et d’être employées ensuite.
    Si je devais recourir à une aide, j’irais sans aucun doute dans ce sens !
    (PS: l’association dont je parle est Recif en Suisse : https://recifne.ch/aide-menagere/)

    Réponse
  9. Nous avons une “fée du ménage”. Nous avons aussi eu des périodes où nous faisions le ménage nous-même, mais en ce moment nous avons décidé de nous offrir cette aide bienvenue.
    Ce que j’apprécie infiniment, c’est qu’elle est d’accord d’utiliser mes produits écologiques (certains sont fait maison). Et il y a peu de temps j’ai découvert qu’elle est elle-même très active chez elle dans le “fait maison” (baumes, sirops,…). Elle nous a même amené un produit pour le sol qu’elle a fait elle-même. Comme quoi, on peut être surpris…

    Réponse
  10. Bonjour Clémentine,
    Merci pour cet article pertinent.
    Cela te semblera peut-être un point tatillon mais je m’interroge sur ton paragraphe sur les produits ménagers.
    Je suis d’accord sur le principe de privilégier les produits naturels.
    Mais la manière dont tu tournes ta phrase, laisse entendre qu’à l’inverse des produits chimiques, les produits naturels ne sont pas nocifs pour l’humain ou la planète. N’est ce pas là un raccourci qui porte à confusion ?

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des arbres !

Zéro déchet

Cartes Postales

Jardinage urbain

Encore un peu de lecture ?