Dimanche dernier, j’étais vraiment très mal.

Depuis la rentrée, je me sens débordée. J’ai l’impression d’essayer de traverser l’Atlantique en pédalo (oui oui, celui que tu loues l’été, en plastique rouge, qui avance au ralenti) : j’ai beau y mettre toute ma bonne volonté, essayer de faire du mieux possible, et être la plus efficace possible, je n’y arrive pas !

Entre les aller-retours à l’école, Petit Lutin qui mange deux fois par semaine à la maison, les activités de toute la famille à gérer, mon temps de travail considérablement raccourci, les week-end avec des invitations de partout, je ne sais plus où donner de la tête. Et puis, il y a la vie de tous les jours, la lessive, le ménage, les courses, les repas, signer le cahier de l’école… Et ces multiples choses auxquelles il faut penser : acheter le cadeau pour l’anniversaire de A. et S., organiser l’échange de garde de Petits Lutins avec S. pour que l’on ait chacune une soirée en amoureux par mois, penser à enfin rendre Wifi le lapin à L., trier les vêtements trop petits et sortir les nouveaux… Et là dessus s’ajoute la frustration de ne plus pouvoir aller passer du temps avec mes juments, de partir en balade, ni même de juste d’être avec elles pour le plaisir, de les regarder brouter tranquillement, de leur ramasser des pommes…

Et Dimanche, j’étais assise effondrée au fond du canapé à répéter «y’a trop de trucs mon Chéri, j’y arrive pas, y’a trop de trucs». Et lui de me demander «C’est quoi ces trucs, je peux en faire une partie.» Et moi, je ne sais pas quoi lui répondre. Je lui donne deux ou trois exemples. Lui est perplexe : comment juste ces deux petites choses te mettent dans un état pareil ?

Nous avions déjà parlé plusieurs fois de la charge mentale. Mon Amoureux était bien conscient qu’il n’arrivait pas à “penser aux choses”, et que je devais lui rappeler sans cesse ce qu’il avait à faire. Nous avions mis en place plusieurs méthodes pour nous aider, et éviter de nous disputer pour toujours ce même souci. Et nous en étions arrivés à une organisation qui jusqu’à la rentrée nous convenait bien :

  • mon Amoureux s’occupait des choses routinières : courses hebdomadaires au magasin bio, vaisselle (à la main), ménage dans son intégralité
  • je m’occupais du marché de producteurs, des lessives, des repas et «des choses à penser»
  • pendant la semaine, nous notions chacun de notre côté les choses à faire auxquelles nous pensions, et tous les dimanches soir, nous nous les répartissions. Je les programmais dans mon bullet journal, mon Amoureux sur son téléphone.

Depuis la rentrée, cela ne fonctionne plus. Il m’est pourtant extrêmement difficile de dresser une liste de ces fameuses choses entrant dans la charge mentale. Parce que ça change tout le temps. Parce que ce ne sont pas des choses que l’on note dans un agenda, mais que l’on fait quand on y pense ou que l’on s’arrange pour y penser quand il faut les faire.

Après notre discussion, on en est arrivé à la conclusion que :

  • soit je suis beaucoup trop exigeante avec moi-même et je m’impose trop de choses
  • soit mon Amoureux ne réalise pas tout ce que je fais sans pouvoir le lister de manière exhaustive
  • soit un mélange des deux, plus probablement.

Alors, on a pris une décision radicale pour voir ce qu’il en est :

☆☆☆On échange les rôles !☆☆☆

De mon côté, je m’occupe des choses routières exclusivement :

  • de la vaisselle (à la main ou je fais réparer le lave-vaisselle, à voir)
  • du ménage courant
  • des courses au marché de producteur

De son côté, mon Amoureux s’occupe :

  • des lessives
  • des repas
  • des courses au magasin bio
  • de ces fameuses “choses à penser”, autrement dit, la charge mentale.

La difficulté pour moi va être de lâcher prise. Ne pas être derrière mon Amoureux pour vérifier qu’il a fait ci ou ça. Je lui ai donné les RDV déjà pris, pour qu’il puisse les modifier ou s’arranger pour les honorer. Pour le reste, l’idée est de le laisser se dépatouiller. Quitte à ce que ça cafouille, ça beugue, ça coince. Et de rester bienveillante envers lui, parce que ce sont des choses qu’il n’a jamais eu à gérer. Je me réserve le droit de jeter un œil dans le cahier de Petit Lutin pour être sure que mon Amoureux ne passe pas à côté d’une information très importante qui mettrait Petit Lutin dans l’embarras. Et c’est tout.

Pour m’aider, j’ai mis en place une page «charge mentale» dans mon bullet journal. J’y note toutes les choses auxquelles je pense, mais dont je ne m’occuperai pas puisque ce n’est plus mon travail. Comme par exemple «Inscrire Petit Lutin a des cours de natation.» Ce n’est pas urgent, mais ce serait chouette que ce soit fait. Je le note, et quand nous aurons terminé notre expérience, nous pourrons nous regarder cette liste et voir si je m’impose trop de choses et/ou si mon Amoureux en oublie beaucoup.

Et maintenant ?

Et bien on va voir ce que ça donne ! Je reviendrai vers toi avec la suite pour te parler de cette expérience. Est-ce qu’on a encore à manger ? Est-ce que Petit Lutin loupe toutes les fêtes d’anniversaire ? Est-ce que mon Amoureux a pris place dans mon pédalo ou est-ce qu’il s’en sort comme un chef, capitaine d’un super voilier ? Est-ce que je réussi à lâcher prise ? A me sentir moins stressée ?

A très vite pour la suite !

Et chez toi, comment se fait la répartition des tâches ? Et de la charge mentale ? S’il te plaît partage ton avis et tes astuces en commentaires !

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin

——————————–

Cet article fait partie du Challenge écologique et créatif de Septembre-Octobre 2017 : S’organiser pour un mode de vie écolo. Pour aller plus loin avec les challenges, je t’invite à consulter ma page Tipeee et à y découvrir les contreparties.