Je continue ma série d’articles sur notre emménagement écologique – même si ça fait maintenant un an que nous sommes dans la maison !

Voici le premier des deux articles que je consacrerai à la cuisine. La cuisine en elle-même, intégrée, ainsi que le gros électroménager : plaques, four et lave-vaisselle étaient donc déjà présents lors de notre emménagement. Nous avons fait le choix de tout garder tel quel, notamment car nous déménagerons dans quelques années au maximum, pour intégrer un habitat participatif.

Pour cuisiner

des plaques à inductions : nous avions avant des plaques vitrocéramiques, et c’est un pur bonheur d’être passé à l’induction lorsque nous avons emménagé. C’est très réactif, au moins autant que le gaz. Exit la bouilloire pour chauffer l’eau : ça va plus vite à la casserole, et ça fait un objet électronique en moins. Autre avantage : la plaque en elle-même ne chauffe pas, et en été c’est très appréciable. Seul bémol : les ondes électromagnétiques, dues aux aimants.

un four de qualité : déjà inclus dans la maison, le four est de bonne qualité. Il met beaucoup de temps à refroidir une fois qu’il a servi, signe qu’il est bien isolé et donc dépense moins d’énergie.

des casseroles tout en inox : un ensemble de trois, simple couche, de tailles différentes offertes par la grand-mère de mon Amoureux et trois multicouches offertes par mon grand-père. L’une d’elles, très grande, fait aussi cuit-vapeur. Elles nous suivent toutes depuis plus de 10 ans sans aucun signe d’usure. Elles en ont pourtant subit des aliments brûlés ! Ma préférence va à celles multicouches, sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi. J’ai la sensation que ça cuit “mieux”. Peut-être que c’est juste sentimental. En tous cas, vive l’inox !
Nous avons aussi trois couvercles : deux qui sont associés à des casseroles en particulier, et un grand, réparé avec un bouchon en liège, qui va sur toutes les casseroles et poêles. Il m’arrive aussi de me servir du couvercle de la cocotte pour mettre sur une casserole.

Liens :
Casseroles en inox simples et multi-couches: pas exactement les mêmes que nous, mais notre marque ne se fait plus

une cocotte en fonte : offerte par ma Maman, elle me sert surtout à faire cuire les légumes pour la soupe. Ne me demandez pas pourquoi, mais cuire la soupe dans une casserole en inox m’a toujours paru étrange. J’ai depuis appris que la fonte est super pour faire mijoter, car elle garde bien la chaleur. Au top !

Liens :
La nôtre vient du géant sudéois. C’est plus éthique d’acheter par exemple chez Landmade.

des poêles en fonte ou en fer blanc : nous avons trois poêles. Une à blini, offerte par A., une amie, en fer blanc. Elles nous sert à à peu près tout sauf cuire des blinis : cuire un seul steak (végé ou non) par exemple, pour éviter de devoir laver les grosses poêles. Nous avons aussi une sauteuse en fer blanc, matériaux très pratique pour saisir les aliments : pour les viandes donc, si tu en manges, ou faire revenir les légumes, pour des pâtes aux légumes par exemple. La dernière poêle est en fonte, au top pour mijoter les aliments, cuire des sauces… Mon Amoureux arrive pourtant à nous y faire des crêpes, qui sont infiniment meilleures que dans la crêpière en téflon que nous avions avant, elle met juste un peu de temps à chauffer. Les deux seuls inconvénients de ces poêles : elles ne passent pas au lave-vaisselle et sont assez lourdes.

Liens :
Voici les liens de exactement nos modèles :
Poêle en fer blanc
Poêle en fonte

des plats pour le four : nous avons un plat à brownie en céramique offert par ma tante il y a une quinzaine d’année, un plat à cake, un plat à tarte et un moule en gâteau en pyrex tous les trois. Ces matériaux sont inoffensifs pour la santé et peu onéreux. Pour compléter, nous avons des moules à madeleine en fer blanc, des moules à muffins en fer blanc également, et enfin des mini-moules cœurs en silicone, offerts à Petit Lutin, que j’avoue ne pas trop aimer utiliser. Nous nous servons aussi de ramequins en céramique comme de moules à muffins.

Liens :
Nos plats en verre viennent d’une grande surface. La marque fabrique en France.
Moules à madeleines
Moules à muffins

des couteaux : récupérés ici et là, nos couteaux de cuisine sont totalement dépareillés, mais ils coupent, et c’est tout ce qu’on leur demande ! Notre préférence à tous les deux va aux couteaux à dents. Nous avons investi dans un système pour aiguiser les couteaux lisses très facile à utiliser. Cependant, ça n’est pas aussi efficace qu’une pierre à aiguiser quand on sait bien s’en servir.

des planches à découper : nous en avons trois, une immense tellement pratique qui vient du géant suédois (nous n’avons pas trouvé l’équivalent ailleurs), une de taille classique (achetée en ligne) et une petite pour les piments de mon Amoureux (achetée dans un magasin zéro déchet grenoblois), toutes deux éthiques et écologiques. Attention, impossible de passer tout ce petit monde au lave-vaisselle.

Liens :
Celle de taille classique

des saladiers : nous avons deux saladiers, en verre. L’un acheté il y a des années, l’autre récupéré chez mes grands-parents.

des ustensiles de cuisine : nous avons misé sur le bois et l’inox pour nos ustensiles de cuisine. Petit à petit, nous avons remplacé nos ustensiles en plastique, lorsqu’ils cassaient, par d’autre, dans des matériaux sains. Il ne nous reste plus qu’une spatule en plastique. Tout le reste en tout en inox ou bois : spatules, râpe, passoires, presse-purée…

robots et co : nous en avons relativement peu :
– un blender
– un mixer plongeant : fabriqué en Suisse, garantie 30 ans pour le moteur
– un petit mixer à herbes : qui en fait nous sert pour faire de la chapelure et de la poudre d’oléagineux, fabriqué en France
– un grille-pain
– une centrifugeuse
– un appareil à raclette : acheté reconditionné

♥ et aussi :
une cafetière italienne : qui permet de faire de l’excellent café, sans aucun déchet. Nous sommes vraiment fan, et nous ne repasserions pour rien au monde à une cafetière électrique, même si le temps pour faire le café est plus important.
des cuillères et boules à thé : de diverses provenances, un magasin zéro déchet près de chez, inclus dans des gourdes isothermes, offertes à mon anniversaire…
une théière en fonte : inusable, elle me permet de faire plusieurs tasses de thé d’un coup, ce qui est très pratique pour moi ! J’ai aussi découvert sur ce site des théières en bois.
des moules à glace en inox : à utiliser à l’infini, sans problème aucun de toxicité
un mortier et pilon en bois d’olivier : de souvenir, fabriqué artisanalement en France, acheté sur un marché
deux balances : une mécanique qui n’était pas assez précise pour tout, alors nous avons aussi investit dans une électrique.

Liens :
Cafetière italienne
Moules à glace en inox
Théière en fonte

Et toi, tu as fait quels choix pour vivre écolo ? La ville ou la campagne ? Essaies-tu de rendre ton logement plus écologique ? S’il te plaît, partage tes idées et expériences en commentaire.


Cet article fait parti d’une série sur notre emménagement dans notre nouveau logement, et comment nous avons essayé de rendre tout cela le plus écologique possible. Certains liens de cet article sont affiliés. Lorsque tu commandes quelque chose via les liens affiliés, je touche quelques euros sans que cela ne te coûte rien de plus à toi. Pour tout savoir sur les rémunérations sur mon blog, et mes choix à ce sujet, je t’invite à consulter cette page. Je te remercie du fond du cœur pour ton soutien pour mon travail de blogueuse ♥