Garde-robe écologique, éthique et minimaliste : mes critères d’achats

Jan 16, 2017 | 10 commentaires

Il est très rare que j’achète un vêtement.

J’ai au fil du temps constitué une garde-robe minimaliste qui me convient, et je n’achète de nouvelles pièces que rarement, pour compléter ou remplacer un vêtement usé. Mon cœur balance entre l’achat de pièces neuves répondant à des critères écologiques et sociaux bien définis, et l’occasion. Je te présente aujourd’hui :

☆☆☆ mes critères d’achat écologique et éthiques pour les vêtements neufs ☆☆☆

Je reviendrai dans un autre article sur l’achat de pièces d’occasion, ainsi que sur l’aspect financier dans des articles à part entière.

critere-achat-vetement-ecolo-clementine-la-mandarine

J’en ai besoin

Le tout premier critère d’achat est tout simplement : j’ai besoin de ce vêtement. C’est-à-dire que j’ai besoin d’un nouveau vêtement pour ne pas manquer de vêtements propres, ne pas avoir froid…

Je passe à l’achat d’une nouvelle pièce lorsque plusieurs fois le matin, je me suis retrouvée ennuyée car je n’avais pas de vêtement de ce type de propre. Lorsque cela m’arrive plusieurs fois de suite, c’est qu’il me manque une pièce ! C’est souvent mon Amoureux qui me le fait remarquer, en me disant : “Tu devrais peut-être acheter un nouveau …, ça fait plusieurs fois que je t’entends râler que tu n’en as pas de propre !”.

Cela peut aussi arriver lorsqu’un nouveau besoin se fait sentir. Par exemple, depuis l’année dernière, Petit Lutin apprécie les balades en raquettes dans la neige, et moi aussi ! Nous en faisons donc régulièrement, et j’ai souhaité investir dans des bottes de neige très chaudes, car je suis très frileuse, et que rester toute la journée avec les pieds gelés me gâche la balade.

Je prends toujours le temps de réfléchir avant d’acheter : au moins une semaine. Cela me permet de bien différencier mes envies de mes besoins, et de ne pas acheter de vêtements sur un coup de tête, car à chaque fois que je l’ai fait, je l’ai regretté !

Végane

Depuis que j’essaie de me rapprocher le plus possible d’un mode de vie végane, je refuse les matières animales dans mes vêtements. Je n’ai jamais porté ni soie ni fourrure, donc de ce côté, je ne modifie rien. J’essaie au maximum d’éviter laine et cuir que j’achetais avant. Je continue à porter jusqu’à usure totale les chaussures en cuir que je possède et les vêtements en laine que j’ai. Je me cherche au fur et à mesure des alternatives à ces matières, et je ne manquerai de t’en faire part lors de mes découvertes.

Parfois, il m’arrive de faire de petits écarts, lorsque vraiment je n’ai pas trouvé de solution autre. Par exemple, mes bottes de neige ont chacune 6 toutes petites pièces en cuir. Je n’ai pas trouvé d’équivalent de ces bottes, aussi chaudes, sans cuir. J’ai donc fait une exception bien réfléchie.

rando-hiver-chaussure-clementine-la-mandarine

Socialement éthique

Pour les vêtements de tous les jours, je suis intransigeante : j’achète uniquement des pièces confectionnées en Europe, ou commerce équitable, dont les fibres sont elles aussi Européenne ou commerce équitable. Je me suis au fil du temps constitué une liste de boutiques en dur que j’apprécie en ville, ainsi qu’une liste de marques en ligne que j’aime beaucoup. Je pioche donc toujours dedans lorsque j’ai besoin d’un vêtement de tous les jours.

Pour ce qui est des vêtements techniques, je cherche d’abord assidûment sur internet s’il existe des alternatives répondant à ces critères. Un vendeur d’un magasin de matériel de montagne m’avait un jour certifié qu’il n’existait aucune marque de pantalon de montagne fabriqué en Europe. Des recherches sur internet m’ont prouvé le contraire ! Une fois que j’ai trouvé une liste de marques qui me conviennent en ligne, je cherche les magasins près de chez moi qui vendent ces marques.

Écologique

Pour l’aspect écologique des vêtements, il y a bien entendu les vêtements en coton biologique, mais je ne me limite cependant pas à cela. Par exemple, un vêtement en lin ou en chanvre me semble aussi très écologique, même s’il n’est pas certifié biologique car sa culture est locale, ne nécessite pas d’irrigation et très peu d’intrants chimiques lorsqu’il n’est pas biologique. J’essaie au maximum de prendre l’ensemble des paramètres en compte lorsque je réfléchie écologie : produits chimiques lors de la culture, besoin en eaux, transport, bénéfices sociaux locaux, graines anciennes et bénéfices pour les sols, utilisation de la plante dans son intégralité…

critere-ecolo-ethique-vetement-clementine-la-mandarine

Avec style et aisance !

Avant d’acheter un vêtement, je me demande si la couleur, les motifs s’accorderont avec l’essentiel du reste de ma garde-robe, de façon à pouvoir profiter de cette nouvelle pièce un maximum. Ensuite, bien entendu, il me faut être sure que je me sentirai à l’aise dans le vêtement en question.

Avec le temps, je connais mes marques préférées, et la taille qu’il me faut. Je peux alors me permettre de commander sur internet les yeux fermés. Sinon, j’essaie autant que possible, et lorsque cela n’est pas possible, je me fie aux guides des tailles en ligne, afin de pouvoir au mieux viser la bonne taille. Je vérifie aussi les conditions de retour une fois dans les conditions générales de vente.

Et toi, quelles sont les critères que tu mets en avant lorsque tu achètes un nouveau vêtements ? Y a t’il des aspects sur lesquels tu ne saurais renier ? D’autres que tu fais passer au second plan ? S’il te plaît partage ton avis en commentaire !

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin :
programme-ecolo-particulier-quotidien-clementine-la-mandarine minimalisme-pour-se-simplifier-la-vie-clementine-la-mandarine challenge-vetement-ecolo-bio-clementine-la-mandarine

——————————–

Cet article fait partie du Challenge écologique et créatif de Janvier-Février 2017 : Garde-robe écologique, éthique et minimaliste. Pour ne rien louper des challenges, je t’invite à t’inscrire en haut à droite. Tu recevras en cadeau un mini-challenge écolo de 7 jours.

10 Commentaires

  1. Article super intéressant ! Pourriez-vous partager vos marques préférées ?

    Réponse
    • Deux articles sur le sujet sont en préparation ☺☺

  2. Bonjour,
    Les critères auxquels l’achat d’un vêtement doit absolument répondre chez moi (qu’il soit longuement mûri ou plus spontané) :

    . il faut que le vêtement me plaise (ça ne compte pas, pour toi ?) ;

    . qu’il soit dans mes prix (c’est à dire qu’il rentre dans un tout petit budget) ;

    . qu’il soit confortable, ça, c’est absolument incontournable ;

    . qu’il ne pue pas (ah l’odeur abominable des colorants dans les vêtements made in china, qui ne disparaît jamais vraiment, et peut même donner l’odeur à tout une brassée de linge dans la machine à laver ! ) ,
    et qu’il soit taillé / cousu correctement (pas de fil qui pendouille, ni de couture qui tourne) ;

    . qu’il ne comporte pas de matières animales (ou très peu si je ne peux pas faire autrement, le moins possible)

    Quatre de mes critères incontournables sont donc auto-centrés, alors que toi tu n’en as qu’un seul auto-centré (le dernier). Je suis donc beaucoup moins altruiste que toi.

    Je souscris à tes autres critères (écologiques et sociaux), mais ils sont pour moi plus compliqués à mettre en œuvre, car ils demandent beaucoup d’enquête en amont
    (juste à titre d’exemple : le coton, difficile de l’éviter, y’en a partout, il bénéficie d’une image sociale très positive ; pourtant, l’une des cultures les plus polluantes, et les moins humainement éthiques, aussi loin que l’on remonte dans le temps – mais comment éviter le coton, il est absolument partout).

    J’achète trop peu de vêtements pour avoir constitué une sorte de base de données de lieux qui me conviennent. Et je n’achète pas de vêtements par internet.

    Pourtant, ces critères me préoccupent. Comme beaucoup d’entre nous j’imagine, j’ai été secouée par le Rana Plaza.
    Je lis des choses dessus ; quand j’en trouve, je note des infos sur la position de certains magasins/chaînes/marques.
    Mais je ne crois qu’à moitié à leurs déclarations d’intention. Ça me rappelle trop les positions mensongères sur l’expérimentation animale ou la “fausse” fourrure ( = vraie peau d’animal déguisée en fausse – si si )

    Il devrait y avoir des “courtiers en produits-qui-répondent-parfaitement-à-mes-attentes-et-à-mes-besoins”, comme il y a des courtiers en assurance qui font ça très bien pour vous ^ _ ^ . Y’a un créneau à prendre, avis aux amateurs ^ ^

    [Clémentine, quand tu auras un moment, peux-tu me contacter par mail s’il te plait ? comme évoqué dans mon dernier mail, quelque chose me chiffonne – merci d’avance ]

    Réponse
    • Emilie, du site Dressing Responsable fait ce travail de “courtier en vêtements”. Si ça t’intéresse, tu peux aller voir ses propositions sur son site, c’est très chouette tout ce qu’elle propose ☺

  3. Voilà qui rejoint parfaitement certaines de mes préoccupations… Je voudrais réussir à prendre le tournant q’un habillement plus éthique et écologique pour notre famille… Dur, dur pour une famille de 4 enfants… Et le mari qui est clairement réfractaire.

    Tes conseils m’encouragent à essayer ceci dit… D’abord moi et les petits… on verra pour les autres après ;-)

    Réponse
    • Merci Marie pour ton retour. Je suis ravie que cet article te soit utile ☺ Je te souhaite une belle évolution de garde-robe à vous tous !

  4. Bonjour,

    Alors moi, je privilégie le CONFORT avant tout. Un jour j’en ai eu marre d’être serrée à l’entre–jambe, de ne pas pouvoir lever le bras à cause d’une manche trop rigide ou d’avoir froid tout simplement. Et tant pis si le style n’y est pas !
    Je n’achète des vêtements que si j’en ai vraiment besoin, ce qui me permet de choisir des vêtements de meilleure qualité et de me constituer petit à petit une garde-robe minimaliste. Vive le minimalisme ! Ca simplifie tellement la vie !
    Et les critères écologiques dont tu parles sont également importants pour moi mais ne sont pas ma priorité… pour l’instant !

    Réponse
    • Merci pour ton retour. Le confort me paraît absolument évident. C’est tellement évident évident que c’est même pas vraiment un critère pour moi. Si c’est pas confortable, c’est que ça me va pas, et si ça me va pas, j’achète pas.

  5. Il faut que j’en ai besoin. Que le prix soit raisonnable. Je m’intéresse depuis peu aux vêtements éthiques, alors je ne me suis pas encore lancée dans leur achat. Le prix souvent me pose problème. Tant que je n’aurai pas un besoin viscéral, je n’achèterai pas.
    En revanche, il y a des vêtemtents que je suis obligée d’essayer avant de les acheter. Du coup je ne peux pas les commander en ligne, et autour de chez moi, il n’y a pas, à ma connaissance, de magasin de vêtements écolo et éthique. Alors je suis un peu coincée…

    Réponse
    • Ah oui, c’est sur que ça complique tout. De plus en plus de site propose des chartes de tailles, avec des mensurations précises. Pour moi, ça fonctionne très bien. Après, j’ai la chance d’avoir un gabarit plutôt standard, même si je suis petite.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Encore un peu de lecture ?

Ca t’a plu ? Continue ton cheminement écolo !

Tu recevras un mail par semaine, avec des astuces écolo, les récap des challenges écolo… Promis, je garde ces infos juste pour moi. Et pas plus d’un mail par semaine.

Et pour fêter ton arrivée, un mini-challenge d’une semaine pour faire tes premiers pas vers une diminution de tes déchets avec 7 astuces faciles et efficaces.

Pendant ce temps sur Instagram…