Notre balcon principal donne sur la rue.

Juste en dessous de chez nous, il y a une pharmacie. Beaucoup de passage donc. Des voitures garées n’importe comment, en veux ? En voilà ! Des moteurs qui tournent dans le vide aussi.

Ce balcon est aussi plein sud, ensoleillé toute l’année. L’été, il nous protège du soleil direct sur les grandes baies vitrées du salon. L’hiver, il est un bain de soleil lorsqu’il fait beau. Ferdinand le moineau vient y picorer les graines laissées ici et là sur le sol, et boire dans les soucoupes lorsque notre arrosage fut trop zélé.

Ce balcon, j’ai très envie d’en profiter au maximum. Et de nous couper le plus possible de la rue, au moins visuellement, si ce n’est un peu aussi au niveau décibel et odeurs.

Pour cela, j’ai imaginé une haie végétale comestible. L’année dernière, elle était entièrement faite de pieds de tomates. Cette année, grâce à nos Bacsacs, nous avons de cultiver une plus grande variété d’aliments : vive le balcon comestible !

potager-bio-sur-balcon-clementine-la-mandarine

Organisation du balcon

En été, notre balcon est ensoleillé la majeure partie de la journée, tout le long de la rambarde en verre. Nous avons donc disposé un Bacsac à chaque coin du balcon, pour répartir le poids. Entre les deux, des panières en osier et des pots se succèdent le long de la rambarde.

L’ensemble est posé sur des palettes récupérées. Des fourmis visitent régulièrement notre balcon, et aiment bien trop l’humidité qui se trouve au sol lorsque les panières y étaient posées directement. Ainsi, l’air circule entre les différents bacs et le sol et les fourmis sont moins attirées.

Dans l’espace restant, nous avons installé une table, sur laquelle il fait bon manger, boire un thé, papoter, ou encore dessiner, lire… Il ne manque que le hamac à mon goût !

Remplir les Bacsacs

Les Bacsacs que nous testons ont un immense avantage : ils sont grands ! Avec 90 cm de côté, nous voilà munis de deux potagers carrés pour notre plus grand bonheur.

lasagne-de-culture-en-bacsac-clementine-la-mandarine

Pour les remplir sans se ruiner en terreau, nous avons utilisé la méthode de la lasagne de culture (clic pour découvrir la ‘recette‘). Dans chaque Bacsac, nous avons disposé, dans l’ordre :

  • un ou deux grands seaux de terre végétale
  • une couche de carton ondulé – sans scotch, sans colle ni agrafe, sans encre
  • en alternance des couches de foin et d’herbe tondue ou cueillie – un sac poubelle de 30L faisait une couche, il nous en a fallu 3 ou 4 de chaque pour remplir les bacsacs
  • un sac de 70L de terreau –  compatible agriculture biologique

Le tout s’est très vite tassé, et il nous reste maintenant un espace pour pailler dès que cela sera nécessaire.

balcon-comestible-clementine-la-mandarine

Organisation les cultures

L’idée ici est de créer une barrière végétale comestible entre la rue et nous. L’été, notre balcon devient notre pièce de vie principale. L’année dernière, nous y avions même installé notre cuisinière !

Nous avons donc décidé de mettre les plantes hautes contre la rambarde. Cela est contraire à toute logique de potager en carré classique : les plantes les plus hautes sont habituellement installées au Nord, pour ne pas faire d’ombre au plus petites.

Notre choix ici se base sur trois faits :

  • si nous plaçons les plantes hautes loin de la rambardes, nous n’aurons plus accès aux autres plantes
  • le soleil donnera tout de même sur les autres plantes, et vu la chaleur en été sur le balcon, derrière les vitres, un peu d’ombre ne fera pas de mal
  • nous souhaitons nous isoler de la rue grâce à cette haie comestible

potager-ecologique-sur-balcon-livre-aide-clementine-la-mandarine

Grâce à différents livres de jardinage en ville (clic pour les découvrir), j’ai organisé nos plantations en faisant se côtoyer les plantes qui s’aiment et en éloignant celles qui ne s’aiment pas. J’ai ensuite ajouté des fleurs entre les plantes, pour repousser les insectes nuisibles et attirer les auxiliaires ; elles embelliront aussi l’espace.

Petit Lutin, qui adore jardiner a souhaité avoir ses propres carrés de culture. Nous lui avons donc laissé 2 carrés dans l’un des bacsacs, ainsi que 3 gros pots pour ses herbes aromatiques et ses betteraves. De son côté, il aime observer ses petits plans grandir et les prendre en photo.

Voici le plan de notre balcon, plus ou moins à l’échelle. Les plans tourneront rapidement, et les plantations indiquées sont celles qui sont ou seront en place à la fin du mois.

plan-du-potager-sur-balcon-clementine-la-mandarine

Maintenant, attendons que ça pousse ☺ Pour suivre au fil du temps, de façon plus spontanée l’évolution de notre balcon, tu me suivres sur Instagram. J’y publie régulièrement les avancées dans ce domaine.

Et toi, as-tu des projets de culture pour l’année ? Penses-tu planter sur ton balcon ou dans ton jardin des fruits et légumes ? S’il te plaît partages tes idées et projets en commentaires !

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin


jardinage-en-ville-clementine-la-mandarine terre-vivante-clementine-la-mandarine bacsac-potager-urbain-clementine-la-mandarine

—————————
Cet article est réalisé en partenariat avec les potagers urbains Bacsacs et les Editions Terre Vivante. Pour en savoir plus sur les partenariats sur ce blog, je t’invite à lire ce descriptif.