École à la maison : mise en place du test

Juil 3, 2018 | 30 commentaires

L’école Montessori de Petit Lutin ferme à la fin de l’année.

C’était la seule école alternative proche de chez nous qui nous enthousiasmait vraiment. L’école publique est un choix auquel nous réfléchissons mais qui, à cause du profil de Petit Lutin, pourrait être complexe à gérer. Je tiens à préciser que je n’ai rien du tout contre l’école publique, et que je suis admirative des institutrices et instituteurs qui y travaillent, et font tout ce qu’ils peuvent pour épanouir les enfants, malgré le peu de moyens et de reconnaissances qui leurs sont dévolus.

De notre côté, on envisage l’école à la maison. Et Petit Lutin comme moi sommes très enthousiastes à cette idée. Nous avons donc décidé de tester cet été, pour voir si ce système nous convient. Nous ne savons pas encore si effectivement à la rentrée, nous continuerons l’école à la maison, ou si Petit Lutin intégrera une autre école : cela dépendra de notre ressenti sur le sujet à tous les trois. Quoiqu’il en soit, j’ai trouvé intéressant de partager ici ma réflexion sur ce test estival.

Unschooling ou programme scolaire ?

Nous avons décidé pour l’été de faire comme si c’était le début de l’année scolaire prochaine afin de faire un test qui soit vraiment représentatif. Dans la mesure où nous ne savons pas combien de temps notre expérience d’école à la maison va durer si nous faisons ce choix à la rentrée, nous avons décidé qu’il était important de nous assurer que Petit Lutin suive le programme publique pour retourner à l’école sans problème si besoin. Comme c’est un enfant qui intègre rapidement les nouvelles connaissances, j’ai prévu que nous nous attacherons au travail scolaire le matin pour partir sur des activités unschooling l’après-midi. Nous reverrons bien entendu cette organisation si besoin.

Pour cet été, nous allons donc, le matin :

  • faire des bilans de fin de CP et de fin de CE1 en maths et français pour avoir une idée du niveau de Petit Lutin
  • nous baser sur les cours de CE1 disponibles gratuitement sur le site du CNED pour le reste de l’été
  • utiliser, si Petit Lutin a terminé les cours du CNED très rapidement, des fichiers de l’élève CE1 offert par des amis instituteurs

Cela nous permettra d’avoir une idée de la vitesse à laquelle travaille Petit Lutin, ce qui nous sera utile quelque soit le choix que nous ferons tous les trois pour l’année prochaine.

En parallèle, pour les après-midi et si le travail du matin est fini plus tôt que prévu, j’ai prévu :

  • un classeur “Mes projets” dans lequel Petit Lutin pourra consigner ses avancées sur des projets qui lui tiennent à cœur : découvrir la vie des hommes préhistoriques par exemple. Nous partirons donc totalement de ses aspirations à lui, et c’est lui qui décidera de commencer un projet ainsi que d’y mettre un terme.
  • de créer des activités à partir de livres, qui déboucheront sur des activités concrètes, et des «missions». Par exemple, je travaille en ce moment sur le livre Mission Zéro Déchet.
  • des sorties, activités avec les amis les après-midi.

Pour ce qui est de la sociabilisation, point dont tout le monde nous parle, nous n’avons pas encore de projet bien défini, puisque pour l’instant, nous partons pour un test sur l’été uniquement. Petit Lutin sera, dans ce cas, amené à faire des rencontres comme tous les ans, et donc, dans le cadre de ce test, ça ne change rien. Nous nous poserons sérieusement la question si nous décidons de poursuivre sur l’année scolaire suivante.

Et toi dans tout ça ?

Cela doit être la question que l’on me pose le plus lorsque je parle de notre projet. Et t’as pas peur d’en avoir marre rapidement ? Tu vas faire comment pour avoir du temps pour toi ?

Il faut déjà bien voir que j’ai envie de me lancer dans ce projet, cela depuis que Petit Lutin a terminé la maternelle. Ce n’est pas quelque chose de subi, que je me force à faire. Non, j’en ai vraiment envie. Et ça change beaucoup de choses. Ensuite, c’est quelque chose dont nous avons beaucoup discuté tous les trois, et nous sommes tous les trois d’accord pour faire des aménagements dans nos emplois du temps et dans nos attentes afin que tout se passe au mieux, car cela nous semble être une solution vraiment adaptée pour l’éducation de Petit Lutin.

Oui, mais quand même ! Est-ce que je vais pas en avoir marre d’être tout le temps avec Petit Lutin ? Et bien, je ne sais pas, et c’est toute l’idée que de faire un test grandeur nature cet été. Je pourrai te reparler de la façon dont je vis tout cela plus tard, lorsque nous aurons commencé cette expérience depuis un petit moment. Je prévois aussi de partager le matériel que nous utiliserons, la façon dont nous avons organisé l’espace…

Et toi, tu as déjà essayé l’école à la maison ? As-tu apprécié cette expérience ? Est-ce que c’est quelque chose qui te tente mais pour lequel tu n’as pas encore osé te lancer ? S’il te plaît, partage ton avis en commentaires !

Petits liens pour aller plus loin

——————————–

Cet article est écrit en autre grâce à vôtre soutien sur Tipeee, et ça représente énormément pour moi ♥ Tu aimes ce contenu, il t’apprend des choses, t’aide à avancer vers une vie plus écologique, sereine, bienveillante ? Soutiens-moi sur Tipeee !

30 Commentaires

  1. Bonjour Clémentine,
    Moi aussi j’ai réfléchi à cette possibilité de faire IEF, école à la maison, unschooling… bref quelques soit le nom qu’on lui donne. Actuellement, les gnomes sont tous les 2 à l’école et encore inscrit pour l’année prochaine. J’essaye cependant de les ouvrir à beaucoup de chose à la maison, de les faire avancer dans certaines disciplines qui leur pose soucis et de trouver les méthode alternatives pour ce qui doit être acquis.
    Je repousse ce projet actuellement pour cause de non présence de projet global, comme par exemple un voyage autour d’Europe… ce qui me tenterais bien je l’avoue :P.
    L’école est en bas de mon jardin et déjà que parfois je trouve que mon gnome a des soucis de sociabilisation, j’ai vraiment peur de l’isoler davantage. Gnominette est beaucoup plus sociable et trouve toujours des amis.
    Petite école, fermeture de classe, le fait de les avoir tous les 2 dans la même classe m’aurais fait y passer je pense… pour le moment ça reste une éventualité à laquelle je ne suis pas opposée.
    Peut être un jour!?

    Réponse
    • Waou un voyage tout autour de l’Europe, en voilà un joli projet !
      Pour la sociabilisation, j’avais trouvée une remarque dans le livre d’André Stern très pertinente. Il y disait qu’à l’école, on est obligé de sociabiliser avec les mêmes enfants pendant des années, qui ont notre âge. Et qu’il y a finalement peu de choix possibles dans cette organisation. Certains enfants s’entendent mieux avec d’autres plus âgés, ou plus jeunes, ou ont besoin d’être plus souvent avec des adultes… Bref, il y a peut-être des idées à prendre de ce côté, pour lui apporter d’autres façons de sociabiliser en dehors de l’école ?
      Merci beaucoup pour ton retour ♥

  2. Bonjour Clémentine et merci pour ton partage de réflexions autour de ce changement de vie ! Mon petit garçon de bientôt 6 ans cumule des troubles de comportement et une précocité. L’école a au départ été vécue comme une réelle souffrance. Tristan (c’est son prénom) a été en école Montessori dès la première année de maternelle. Mais c’est une pédagogie qui n’a pas réellement fonctionné pour lui. En effet, Tristan souffre d’un syndrome d’anxiété et cette autonomie dans les activités a été pour lui un motif d’angoisse. Nous l’avons donc retiré de l’école pendant un an. Cela lui a permis de retrouver confiance, de reprendre goût dans les apprentissages car je m’appuyais sur ses passions pour construire mes outils pédagogiques. Au bout d’un an, Tristan était très isolé. Nous avons donc décidé de le remettre à l’école à mi-temps avec le soutien d’une AVS qui le rassure et l’accompagne. Tristan se refait des amis et a plaisir à aller à l’école : école publique cette fois, mais Tristan sait que nous ne partageons pas toutes les valeurs éducatives pratiquées, il accepte que ce soit différent et qu’il faut parfois s’adapter à certaines contraintes (devoir travailler même s’il n’en a pas envie) pour en tirer des bénéfices (profiter de la récréation, se faire des amis, fêter son anniversaire avec les camarades de classe…). Son handicap nous permet de conserver pour l’instant ce rythme de mi-temps qui est parfait pour lui. J’ignore totalement ce qui se passera lorsque nous n’aurons plus cet alibi pour lui permettre d’avoir un rythme plus adapté à ses besoins… Je précise que malgré un an sans école et un an à mi-temps, les enseignants estiment qu’il a deux ans d’avance sur l’acquisition des compétences, ce qui confirme mon idée que plus l’enfant va à son rythme, se sent apaisé et heureux, plus il peut exprimer son potentiel ! Je suivrais ton expérience avec grand intérêt. Je vous souhaite à tous les trois une belle expérience, ce sera de toute façon très enrichissant, je n’en doute pas ! Aurélie.

    Réponse
    • Merci pour ton retour Aurélie, et le partage d’une tranche de vie de ton petit loup ! C’est un bien joli parcours que tu décris là, et quel bel accompagnement vous lui avez apporté ♥ J’espère que son rythme pourra être conservé le plus longtemps possible !

  3. Ici on a fait aussi un test de 3-4 mois depuis le début de l’année, test concluant pour nous! Ce qui fait qu’on se lance officiellement dans l’ief cet été. Ce qui m’a surprise en arrivant dans le monde le l’ief, c’est le nombre de sortie et d’activités organisées par les différents parents (on s’et inscrit dans un réseau de notre région). .. Pas de quoi s’inquiéter pour la sociabilisation (mais il y a peut-être des régions plus ou moins “prolifiques”) ! Je te souhaite en tout cas un bel été et de belles découvertes avec ton Petit Lutin.

    Réponse
    • Merci Olivianne pour ton retour ! As-tu un nom pour ces réseaux à nous partager ? Cela à l’air vraiment super intéressant ! Je te remercie ♥

    • Oui, cela nous a aidé pour faire notre choix! Par contre, comme je suis en Suisse, les adresses ne vont pas beaucoup t’aider… Mais j’ai vu que “Lili aime le nougat” (nom de son blog) parle de pareils réseaux ief en France dans sa bande dessinée (que tu trouves en ligne ou sur instagram) qu’elle publie chaque semaine (très chouette BD d’ailleurs ! ). En fouillant sur internet tu trouveras sûrement un réseau ou forum IEF…

    • Sur Facebook tu peux taper ief + numéro de ton département :) il faut parfois les chercher ces réseaux mais ensuite en effet on se rend compte que ça ouvre beauuuucoup de portes :)

  4. Ici les enfants sont scolarisés et nous nous sommes jamais posés la question de “faire autrement”. D’abord car nous travaillons tous les 2 en dehors de la maison et qu’on ne pourrait pas -financièrement- faire autrement ; ensuite car (pour le moment) nous sommes satisfaits de l’école des enfants.
    Pour ce qui est de ton “test”, je trouve que c’est un super choix et je serais hyper enthousiaste de pouvoir faire de même (je suis en plein reconversion pro pour devenir professeur des écoles …).
    Pour ce qui est de la socialisation, je trouve qu’elle passe par plein d’autres activités, des rencontres, une ouverture culturelle, bref, ça ne m’inquiète pas …
    Par contre, je pense qu’il sera difficile d’évaluer ton test du point de vue du “niveau scolaire” puisque les données sont faussées … je veux dire, il est à mon avis évident que ton Petit Lutin va progresser vite en suivant les programmes de l’EN qui sont construits pour être appliqués dans des classes de 20, 25 ou 28 élèves … Les “facilités” de ton petit bonhomme couplées à cet apprentissage “privilégié” vont (j’imagine) fonctionner …
    Mais en tous cas : belle aventure familiale je trouve !

    Réponse
    • Effectivement, ce que nous souhaitons tester, ce n’est pas du tout si Petit Lutin apprendra suffisamment de cette manière (je ne me fais aucun souci là dessus, car comme tu le soulignes, l’apprentissage 1 pour 1 fera forcément qu’il pourra aller plus vite qu’en classe, où tout prend forcément plus de temps, ne serait-ce que pour passer d’une activité à l’autre !). Ce que nous souhaitons tester, c’est si cela nous plaît vraiment, car tout le temps comme cela ensemble, peut-être que ça ne va pas nous convenir ? On ne peut pas savoir avant !
      Je te souhaite une belle reconversion professionnelle ♥

  5. Magnifique projet ! Mon enfant est encore petit mais j’y pense… Car j’aime déjà être avec lui alors qu’il est petit. Je trouve ça génial de l’accompagner à la découverte de ses points d’intérêt. J’ai A-DO-RE le livre d’André Stern (le 1er). Ce qui me fait peur, c’est de ne pas avoir de temps pour moi. En tout cas, c’est super de nous faire partager ton expérience, merci ! Et bon été !

    Réponse
    • Merci Audrey pour ton retour. J’espère que le partage de notre expérience sera une piste de réflexion pour toi ♥

  6. La sociabilisation est un faux problème tant du coté de l’école que du coté de l’IEF. A l’école ils sont mine de rien en contact avec des enfants plus grands et plus petits (classes double niveau fréquentes) et avec plein d’adultes référents (autres instits via décloisonnement, personnel d’entretien, de cantine…)

    En IEF je pense que les parents qui s’y “collent” sont trés investis et proposent des sorties qui permettent de rencontrer du monde (et effectivement les réseaux non-sco me semblent être une super opportunité!)

    Reste à savoir et c’est tout l’objet de votre test si l’organisation va vous convenir!
    J’y ai déjà pensé plusieurs fois sans jamais sauté le pas, entre autre car j’observe que mes enfants sont vraiment heureux à l’école. Il y a des choses qui moi ne me conviennent pas toujours mais eux s’y retrouvent vraiment et seraient sans doute un peu malheureux de quitter leurs classes.

    Bref, c’est super d’avoir le choix et de pouvoir s’adapter à chaque trio parents-enfants!

    Je serai heureuse de lire la suite de votre aventure!

    Réponse
    • Effectivement, si tes enfants sont vraiment heureux à l’école, pourquoi les en priver ?! Je te remercie pour ton partage !

  7. Bonjour clémentine, beau projet .
    Notre famille a fait ce choix i y a un an avec 4 enfants : 9-9-7-4 ans.
    Nous sommes partis avec l’idee de faire l’école à la maison été 2017 et au fur et à mesure de nos connaissances et de notre réflexion nous sommes maintenant en unschooling.

    Le temps passé ensemble nous a permis de mieux nous connaître, tout est partagé, il faut de l’énergie pour l’accueil des émotions de chacun.

    Prendre du temps pour soi est une philosophie qui n’a rien à voir avec la scolarisation des enfants. Perso cela se fait chaque matin avant leur réveil.

    Là sociabilisation se fait par la vie: magasin, club de sport, rencontres ief, grands parents, amis…

    Bonne expérience à vous.
    😊

    Réponse
    • Merci Elodie pour le partage de ton expérience ☺ Tu te lèves tôt exprès pour avoir du temps pour toi ? C’est ce que je pense faire aussi !

    • En fait lorsque je travaillais je me levais tôt, et j’ai gardé le rythme. et comme les enfants se lèvent en gros 1 heure après moi, cela me fait du temps seule, ou je ne fais rien d’autre que prendre soi de moi!

  8. Je suis enseignante et je te le disais dans un commentaire sur fb, j’y pense bcp bcp pour ma fille de 16mois. Aucune école alternative ici, et les écoles ou j’ai enseigné dans le coin ne m’ont pas du tout convaincue!
    Je suis d’accord avec les précédents commentaires la sociabilisation est un faux problème: on élève nos enfants dans la société, nous sommes dans la société a partir de là qu’il côtoie des adultes ou des enfants les tensions et frustrations sont présentent même si pas les mêmes. Il apprendra à les résoudre quand même. Je pense que souvent d’ailleurs on accorde plus de place aux émotions et à la gestion de “”crise”” dans le cadre de l’ief.

    Ici c’est le unschooling qui me tente +++ :)

    Réponse
    • Merci Laurie pour ton retour. Je trouve cela triste de cotoyer et lire des enseignantes comme toi qui semblent désabusées d’un système qui ne leur donne pas les moyens de faire leur travail à hauteur de ce qu’elles souhaiteraient. Je te souhaite une belle réflexion sur ce sujet, et une bonne continuation !

  9. Bonjour Clémentine, je ne l’ai pas vu mais il paraît que le reportage Être et devenir est très bien sûr ce sujet. Tu connais peut-être le blog des supers parents ? Ils ont tenté l’expérience de l’école à la maison et en sont revenus. Cela peut être une source intéressante pour toi. À bientôt

    Réponse
    • Je veux le voir depuis longtemps, et puis je ne l’ai pas encore regardé car j’avais peur d’être à fond “école à la maison” alors que Petit Lutin aimait son école (ce qui aurait été frustrant !). Mais maintenant, effectivement, je vais le regarder avec grand plaisir :)

  10. Nous avons déscolarisé notre fils depuis 2 ans il a maintenant 6 ans et nous continuons l aventure de l ief et toujours en unschooling.
    C est super intéressant de les voir évoluer chaque jours à nos côtés
    Je vous souhaite beaucoup de joie , nous avons commencé comme ça 2 mois d été ou notre fils était libre de ces activités il a tellement apris que ça nous a beaucoup motivé à démarrer l ief

    Réponse
    • Merci Coralie pour ton retour ♥ Je te souhaite une bonne continuation en unschooling avec ton fils !

  11. bonjour
    je suis maman d’une petite fille de 9ans déscolarisé depuis mars 2018 (sans aucun regret) pour phobie scolaire elle ne dormait plus, pleurait toujours, se traitait de nul….(ma fille ne rentrait pas dans le moule de l’éduction nationale car trop lente pour la maîtresse). Aujourd’hui elle va très bien, elle s’intéresse à tous….que du bonheur!!!

    Réponse
    • Merci beaucoup pour ton retour ♥ Je suis ravie que ta fille s’épanouisse grâce à ce choix que vous avez fait pour elle !

    • Je pense que vous avez bien fait de la déscolariser. Mon fils, ayant des troubles du comportement à l’école lié à son haut potentiel, apres avoir  »insisté » sur la scolarisation publique puis privée se trouve déscolarisé avec une explosion de son anxiété ayant entraîné une phobie scolaire mais aussi une phobie sociale ayant été jusqu’à l’impossibilité de sortir de la maison avec une dépression sévère et des idées de passage à l’acte. Il est déscolarisé sans aucune solution envisageable même à domicile depuis fin octobre 2017. Notre priorité cette année a été qu’il se reconstruise et nous avons fait la sourde oreille à tous qui nous parlaient que de l’école.
      Mon fils va mieux mais garde une anxiété sociale importante et il n’arrive pas à envisager un retour à l’école même sur un plan professionnel en alternance (il vient d’avoir 15 ans). Pour lui finir sa 3ème est totalement inenvisageable, il arrive enfin à s’exprimer un peu sur le sujet et on voit de suite apparaître la crise d’angoisse.
      Jusqu’à présent il restait inscrit dans son école mais nous avons pris la décision hier avec son père de le desinscrire pour la rentrée (cela est un budget de le laisser inscrit dans l’école privée car nous payons l’inscription et les frais de gestion tous les mois même s’il n´y va pas …. )
      Mon fils a toujours dit depuis la fin de maternelle que ce monde est aberrant et que les gens fonctionne à l’envers de ce qu’il faudrait … et il peut vous faire un discours très éloquent pour prouver ses dires … notamment sur le non respect de notre Terre qui est pourtant notre « maison ».
      Le système scolaire n’a pas su, n’a pas pu s’adapter à lui. Hormis un ou deux professeurs d’ecolevexeptionnel qui lui ont permis de se scolariser plus ou moins bien pour toute la primaire (ils se sont arrangés pour changer de niveau avec Erwan , il n’a eu que ces deux professeurs en primaire de ce fait).
      Mais le collège a été un désastre !

      J’aurai voulu enseigner à la maison mais étant le seul revenu fixe de la maison je ne me suis jamais lancée. Et mon mari ne pouvant déménager du fait de son travail, je n’ai pu non plus proposer à mon fils l’école montessori qui était mon premier choix (même avant sa naissance).

      Je regrette tout ça et je pense que si j’avais une deuxième chance je ferai tout différemment et lui proposerai une école à la maison d’inspiration montessori.

      Vous avez agit tôt et ça ne pourra être que positive pour votre fille.

  12. Mes 2 grandes s’épanouissent au sein de l’école publique de village où nous vivons pour encore 2 semaines, ma 3è était très enthousiaste à l’idée l’aller enfin à l’école. Nous seront bientôt à 1000km plus au nord, en ville, et rien que le 1er contact téléphonique n’était pas top… J’avoue que j’appréhende un peu.
    Mes filles savent que le plus important pour moi est qu’elles aiment aller à l’école, car c’est du plaisir que naissent les apprentissages, qu’ils peuvent s’ancrer durablement. Elles ont eu jusqu’à présent des enseignantes exceptionnelles (enfin, j’espère plutôt que c’est la norme !), mais je n’hésiterais pas à passer à l’IEF si ce n’est pas le cas : nous avons des amis qui sont en ief ou qui ont alterné, c’est donc une possibilité tout à fait envisagée chez nous.
    Si ce n’est pas indiscret : pourquoi est-ce difficile pour Petit Lutin d’envisager l’école publique ?
    Pour moi, la difficulté est plus de réussir à s’organiser pour avoir une activité professionnelle épanouissante en ayant des enfants H24… ;P

    Réponse
    • Merci Élise pour ton retour. Je reviendrai sur les raisons par rapport à Petit Lutin plus tard je pense ☺
      J’espère que les institutrices de tes filles seront aussi exceptionnelles que celles qu’elles ont rencontré jusqu’ici !

  13. Bonjour, c’est la première fois que j’écris un commentaire mais il faut un début à tout. Comme je crois l’avoir mentionné au moment de mon adhésion, j’habite la banlieue de Montréal au Québec. Alors le système scolaire est différent et les services de garde aussi. Il ne faut pas que je néglige le fait que je n’ai plus d’enfants à la maison.
    Malgré tout voilà mon avis: Je crois que la maison donc les parents et les Institutions d’enseignement doivent être complémentaire. Je suis persuadée que la famille a un très grand rôle à jouer surtout sur des sujets comme l’environnement et la sécurité. Cette responsabilité ne revient pas seulement aux parents ou aux écoles, les deux ont une grande responsabilité. Si je suis très favorable à ce que les enfants aillent dans des écoles pendant l’année scolaire et que les parents complètent cette formation à la maison, je suis d’avis que l’été doit être différent. Je trouve l’école importante pendant l’année scolaire car elles permettent aux jeunes d’apprendre à vivre en communauté, en société dans un milieu autre que la famille. Je suis cependant d’avis que celles-ci doivent accorder plus d’importance à l’environnement.
    L’école à la maison l’été, je suis entièrement d’accord. Mais il ne faut pas négliger que cela n’est pas à la porté de tous les parents, certains devant pendant la saison estivale travailler. Je crois donc que dans ce contexte d’éducation complémentaire doit s’installer. J’ai observé près de chez moi ce que l’on nomme des camps de jour, les enfants arrivent le matin et quittent vers 16 heures, la durée varie d’une semaine à un mois. Chacun de ces camps à son sujet de spécialisation comme l’environnement. Il est possible pour les parents d’y envoyer leurs enfants dépendant des lieus 1, 3 ou 5 jours/semaine, ainsi les parents ayant moins de temps à cause de leurs obligations, savent leurs enfants entre bonnes mains et les parents faisant l’école à la maison peuvent prendre un moment de répit. Comme je l’ai déjà écris, je suis pour la complémentarité. Alors vive l’école estivale à la maison avec un soutient de l’extérieur, bonne chance aux parents devant travailler pendant cette saison et soyez à l’aise de demander de l’aide de l’extérieur.
    Bien entendu mon opinion est celui d’une femme qui a eu seulement un fils qui fait sa vie et qui a quitté le nid familial depuis déjà quelques années. Il s’agit donc d’un regard extérieur de ce que peuvent vivre les parents d’aujourd’hui.

    Réponse
    • Merci pour cet avis détaillé :)

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des arbres !

Zéro déchet

Cartes Postales

Jardinage urbain

Encore un peu de lecture ?