La part du Colibri #5-6-7

Déc 4, 2017 | 11 commentaires

Voilà 3 mois que je n’ai pas partagé avec toi mes réflexions sur le thème :

Est-ce que je fais bien ma part ?

Pourtant, je n’ai de cesse de me poser cette question. Tous les mois, je note sur une double page de mon bullet journal mes actions Colibri et mes actions à améliorer. Je pense que les choix que nous faisons quotidiennement, dans la façon dont nous dépensons notre argent, sont cruciaux. Acheter, c’est voter ! Cette liste me sert à faire la part des choses, à voir clairement ce que je souhaite améliorer, ce qui n’est pas Colibri mais que j’assume. Voici un récapitulatif pour les mois de Septembre, Octobre et Novembre.

faire-sa-part-de-colibri-clementine-la-mandarine

A améliorer

Alimentaire :

  • la supermarché du quartier : nous avons complété nos courses pour ce qui nous manquait au quotidien, comme les jus de fruit bio notamment, par de petites courses au petit supermarché de notre quartier. Je n’aime pas l’idée de leur donner mon argent, car je trouve leurs pratiques vraiment exécrables, notamment vis à vis des producteurs. Nous avons fini par choisir d’y acheter nos jus de fruits, car ainsi mon Amoureux peut faire les courses en vélo – sinon, c’est trop encombrant et il faut prendre la voiture !
  • biscuits à emporter : nous mangeons environ deux paquets de biscuits emballés par semaine. C’est pratique à emporter, hop, j’attrape le paquet et c’est parti. Ceci dit, j’aimerai me pencher sur les biscuits vendus en vrac dans notre magasin bio, pour voir si certains pourraient remplacer ces paquets
  • simili-viande : depuis que c’est mon Amoureux qui est en charge des menus et de la cuisine, nous mangeons beaucoup plus de simili-viande à la maison, qu’il achète en barquettes. Cela augmente le nombre de déchets dans la poubelle de recyclage. Je reconnais toutefois que l’on gagne énormément de temps et que cela permet à mon Amoureux d’apprécier plus nos repas, en les gardant véganes, car la viande lui manque. Un équilibre est donc à rechercher.

Transports :

  • aller au « poney » : je me suis rendue 1 ou 2 fois par semaine voir mes juments, cela en voiture. J’ai privilégié autant que possible le co-voiturage avec des amies, il n’en reste pas moins que ce fut des trajets en voiture. Courant Novembre, les pom’ponettes ont déménagé, et il me semble bien avoir vu une ligne de bus passer pas loin. A suivre !
  • trajets diverses en voiture : nous avons effectué divers trajets en voiture, pour l’escalade du soir en Amoureux par exemple. Cela reste très raisonnable à mon sens, puisque nous n’avons même pas dépensé un plein de 40€ sur les 3 mois !

Autre :

  • restaurants : nous avons mangé quelques fois au restaurant. Si j’ai pu trouver des plats végétariens, rien n’était ni bio, ni local, ni de saison, ni végane.
  • achats sportif : j’ai acheté des baskets de course à pied, qui n’ont rien d’écolo ni d’éthique. Au moins, elles sont véganes ! Idem pour une brassière de sport.
  • chauffage : l’année dernière, nous n’avions pas chauffé ou presque notre appartement, à part la salle de bain. Comme je travaille de la maison, j’en ai eu marre d’avoir froid toute la journée, même avec trois pull sur le dos. J’ai donc monté le chauffage chez nous, et c’est vrai qu’il y fait vraiment chaud (23°C). Notre appartement n’est pas équipé d’un système de thermostat, et il est donc difficile de gérer la température selon le soleil, le moment de la journée… Je relativise toutefois car le chauffage et l’eau chaude de notre immeuble sont produits par des panneaux solaires sur le toit.

la-part-du-colibri-clementine-la-mandarine

Colibri

Alimentaire :

  • le marché de producteurs : je suis allée au marché de producteurs en vélo ou en bus de nombreuses fois, pour y acheter le maximum de choses. J’ai privilégié les fruits et légumes anciens. Ce sont des courses bio, locales, de saison et en majeur partie zéro déchet.
  • les courses en magasin bio, local ou zéro déchet : nous avons acheté la presque totalité du reste de nos courses alimentaires en magasin bio. Mon Amoureux a fait les courses en rentrant du travail, en transport en commun ou en vélo
  • compost : j’ai continué à composter nos déchets verts au milieu des tas de crottins des chevaux du pré de mes juments, puis, une fois le froid arrivé, dans les bacsac sur le balcon.
  • jardinage : le balcon nous a encore offert quelques légumes
  • no cantine : Petit Lutin, qui n’aime pas du tout la cantine, y a mangé entre zéro et deux fois par semaine. Comme elle n’a rien de bio ni local, question écologie, c’est bien mieux qu’il mange à la maison
  • végétal : nous mangeons très essentiellement végétalien à la maison. Je ne m’en rendais même plus compte tant nous y sommes habitués, c’est pourtant bien un acte colibri !

Transports :

  • le travail de mon Amoureux : il a fait tous ses trajets en transport en commun ou en vélo
  • triporteur : nous avons loué courant Novembre, pour 3 mois, un triporteur au service mis en place par notre ville. Il nous permet de nous déplacer facilement avec Petit Lutin, trop petit pour prendre son propre vélo sur de grands trajets, mais trop grand pour le siège bébé. Mon Amoureux fait aussi maintenant les courses avec, ce lui lui facilite grandement la vie. Nous l’utilisons aussi pour aller à l’escalade, car nous pouvons y transporter tout le matériel. Bref, on adore !

 

Autres :

  • soins médicaux : nous avons utilisé l’homéopathie pour guérir quelques petits maux du quotidien et ainsi évité l’allopathie.
  • vêtements : j’ai complété ma garde-robe minimaliste par quelques achats, soient éthiques et écologiques, soient d’occasion.
  • panier : j’ai décoré un panier écologique et éthique, qui me sert maintenant énormément !
  • matériel sportif : j’ai acheté deux leggins d’occasion sur Vinted : un chouette site pour vendre et acheter des vêtements d’occasion (lien de parrainage de mon compte perso ;), avec beaucoup de choix.
  • et puis, j’ai alimenté ce blog avec plein d’astuces écolo, et je continue d’accompagner des personnes qui souhaitent devenir plus minimaliste, car c’est très écolo !

Voilà pour cet automne !

Dis-moi, est-ce que cet article t’a plu ? T’est-il utile ? Te poses-tu toi aussi toutes ces questions ? S’il te plaît, partage ton avis en commentaires !

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin :

___________

Certains liens dans cet articles sont des liens affiliés. Cela signifie que si tu utilises un de ces liens pour acheter quelque chose, je toucherai une commission sur la vente. Cela ne te coûtera rien du tout en plus à toi ! Pour tout savoir sur les liens affiliés sur ce site, c’est par là. Je te remercie du fond du ♥ pour ton soutien.

11 Commentaires

  1. Et bien ça fait déjà beaucoup de choses ! Je chemine doucement et les sites comme le tien sont une belle source d’inspiration.
    Je me demandais : à quel point l’homéopathie a un moindre impact ? (Je précise que je n’en utilise pas par conviction car j’ai une approche très rationaliste mais pour le coup ma question est autre). Sur le corps je vois bien, ça n’a que peu d’impact et prendre moins de médicaments lorsque ce n’est pas nécessaire reste important. Mais sinon il y a du lactose du glucose dont on ne sait pas vraiment d’où ils viennent, des produits animaux utilisés en amont bien qu’on les retrouve en quantité si infime qu’ils ne sont plus détectables… Et un labo, Boiron, qui est tout autant une entreprise à but lucratif que les autres.
    Au plaisir d’échanger sur cette question et de lire tes prochains articles !

    Réponse
    • En voilà des excellentes questions !
      Je suis parfaitement d’accord avec tes arguments. De mon côté, je me dis que c’est “moins pire” que de prendre des médicaments allopathiques, dont des résidus se retrouvent dans nos excréments.
      Effectivement, ces médicaments ne sont pas véganes, je m’en désole. Je les utilise quand je n’arrive pas à me/nous soigner avec des plantes. Par exemple, Petit Lutin a très souvent des oxyures, qu’il attrape à l’escalade (un vrai nid sur les prises des murs enfants !!). Nous avons tenté une tisane, dont le goût la rend à notre sens imbuvable. Nous sommes donc passé au traitement homéopathique. Voilà la façon dont nous fonctionnons, qui est, pour moi, la démarche que je trouve la plus écologique. Ce sont des choix personnels bien entendu. Je suis sure qu’il existe d’autres façons écologiques d’appréhender tout cela ☺ J’espère avoir répondu avec notre vécu à tes interrogations.

    • Je te remercie pour ta réponse :) bonne journée à toi !

  2. J’adore cet article parce que je m’y retrouve totalement ! Merci beaucoup :)

    Réponse
    • Avec grand plaisir ☺

  3. J’aime toujours ce genre d’article, merci :)
    Je suis contente de voir que tu soulignes la difficulté de manger végétalien au restaurant. Je ne suis pas végane, même si je mange majoritairement végétalien et lis beaucoup de blogs de cuisine sur le sujet. Je connais une personne végane qui m’assure qu’elle n’a jamais de problème à manger végétalien au restaurant (genre “trop facile”). Pourtant, quand je demande un plat “sans viande et sans poisson”, j’ai l’impression que certains petits restaurants ont du mal à trouver ce qu’ils peuvent me servir (et c’est très souvent omelette…) alors je n’imagine même pas demander un plat végétalien xD
    Quand à Vinted, il va falloir que je m’y mette car on y trouve vraiment de chouettes vêtements ! Merci pour le rappel :p

    Réponse
    • Avec grand plaisir Lucile, merci pour ton retour ♥

  4. Merci pour ces articles, ca fait vraiment du bien de voir d’autres personnes qui font des efforts mais restent imparfaits. Le tofu fumé est vraiment ce qui a permis à chéri de laisser complètement tomber la viande à la maison, alors je vis assez bien cet emballage supplémentaire. Par contre en dehors on est encore omnivores, quand la seule option est de prendre 2 assiettes de frites, c’est pour le moment plus que je ne peux supporter! Heureusement, il y a de plus en plus souvent des options végétariennes potables.
    J’ai aprticipé à un crowdfunding pour l’ouverture d’un magasin en vrac dans ma ville, j’espère très fort que ca va aboutir!

    Réponse
    • C’est génial d’avoir participé ! J’espère que le projet a vu le jour :))

  5. Je viens d’aller faire un tour sur vinted, je ne connaissais pas. Il y a du choix ! Par contre, comment fais-tu pour la taille, parce que je trouve que c’est compliqué, surtout pour les bas, et surtout si on n’a pas la taille mannequin. Ça dépend tellement d’une marque à l’autre et même d’une coupe à l’autre…

    Réponse
    • Je demande aux vendeuses de mesurer la taille en général pour les jeans. Et j’essaie de choisir des marques que je connais pour les hauts.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des arbres !

Zéro déchet

Cartes Postales

Jardinage urbain

Encore un peu de lecture ?