Un an de lombricompostage 5 – Pourquoi des moucherons et comment l’éviter ?

Jan 11, 2016 | 35 commentaires

La dernière fois que je t’ai parlé de lombricompostage, il y a maintenant 7 mois, nous étions envahis par les moucherons.

J’avais suivi différents conseils qui m’avaient été prodigués pour éliminer les moucherons :

  • cesser d’alimenter le lombricomposteur
  • le recouvrir d’une couche de foin, puis d’un carton
  • enlever les épluchures infestées
  • n’ouvrir le lombricomposteur que quelques secondes pour voir si des moucherons en sortent

Tout cela avait été plus ou moins efficace. Nous avions fini par être débarrassé des moucherons… et des vers avec ! En effet, je n’avais pas tilté : le lombricomposteur était en plein soleil, derrière une fenêtre une bonne partie de la journée. Tout a desséché à l’intérieur, vers y compris. Woops ! Je n’avais pas du tout assez surveillé l’intérieur.

Nous avons donc décidé d’attendre la fin de l’été pour reprendre notre expérience. En Octobre, un collègue de mon Amoureux nous a apporté des vers. Et rebelotte, un mois après, nous étions de nouveau envahis de moucherons.

Un an de lombricompostage en appartement

J’avoue que je me demande ce qu’on fait de travers pour que les moucherons nous envahissent de cette manière. Voici le fruit de ma réflexion :

Pourquoi nous avons eu des moucherons ?

Ma première hypothèse va au taux d’humidité bien trop élevé dans le lombricomposteur. Mon Amoureux, qui après mon échec se chargeait du lombricomposteur avait mis bien trop peu de carton et moi, ajouté dans les déchets des éléments très humides. Aie ! Lui était persuadé que tout était normal, et moi, je n’y mettais pas mon nez… Jusqu’à ce que je remarque que le bois se tordait sous l’effet de l’humidité !

Ma seconde hypothèse vient du fait que notre bio-seau était contaminé par les moucherons. L’a t’on laissé ouvert ? A t’on ajouté des déchets contaminés ? Je ne m’en souviens pas, mais c’est tout à fait possible. Des moucherons en sont sortis un jour quand nous l’avons ouvert, et donc, nous avions placé des épluchures contaminées dans le lombricomposteur. Aie bis !

lombricompostage-trop-humide-que-faire-clementine-la-mandarine

Comment nous avons géré le surplus d’humidité

Pour faire revenir le taux d’humidité à la normale au plus vite, nous avons :

  • enlevé les déchets les plus humides – du fromage végétal et des épinards cuits, qui rendaient beaucoup d’eau
  • ajouté beaucoup beaucoup beaucoup… de carton, que nous avons mélangé au reste
  • placé des morceaux de carton sur le dessus, pour absorber l’humidité et que nous avons changés dès qu’ils étaient mouillés
  • recouvert de deux morceaux de vieilles serviettes l’ensemble pour éviter au couvercle d’être trempé
  • intercalé une seconde serviette entre les deux plateaux du lombricomposteur
  • disposé le lombricomposteur devant un radiateur, par périodes, couvercle ouvert

En quelques jours, le problème d’humidité était réglé ! Youpi !

bio-seau-et-bocal-pour-les-déchets-clementine-la-mandarine

Comment nous avons évité de jeter des déchets contaminés

Nous avons laissé en plan le bio-seau pendant un moment. Je l’ai lavé avec une éponge humide. Avec le recul, cela aurait aussi été malin de le mettre dehors, pour que les moucherons restant en sortent dehors.

Nous avons utilisé un bocal en verre, hermétique, avec un couvercle qui se visse. Nous prenons vraiment garde à ne pas le laisser ouvert cette fois ! Nous y voyons aussi l’avantage de pouvoir le laver à l’eau et au savon ou au lave-vaisselle. Nous réutiliserons certainement le bio-seau ensuite, bien plus esthétique.

Voilà quelle fut notre méthode pour éviter de contaminer à nouveau notre lombricomposteur. Petit à petit nous apprenons ; et c’est difficile, certes. J’aime beaucoup l’ingéniosité que nous tentons de mettre en oeuvre pour trouver des solutions originales, qui nous conviennent, aux différents défis à relever.

Le mois prochain, je t’expliquerai comment nous avons procédé pour éliminer les moucherons, car oui, aujourd’hui, il n’y en a presque plus, et j’ai bon espoir qu’ils aient totalement disparus pour mon prochain article !

Et toi, tu as déjà eu des moucherons dans ton lombricomposteur ? As-tu identifié d’où ils venaient ? Comment as-tu fait pour éviter de contaminer de nouveau ton lombricomposteur ? S’il te plaît, partage ton expérience en commentaires !

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin :


moins-de-dechets-pour-une-vie-plus-remplie-clementine-la-mandarine la-boite-a-terre-lombricomposteur-en-bois-fabrique-en-france-clementine-la-mandarine un-an-de-lombricompostage-clementine-la-mandarine

35 Commentaires

  1. Ton histoire de moucherons n’est pas exclusive au lombricomposteur.
    Chaque année, de juillet à octobre plus ou moins, nous sommes toujours un peu envahi par des drosophiles (toutes petites mouches, qui pourraient bien être un équivalent de tes moucherons). Il suffit qu’on ait un fruit trop mûr, elles pondent une fois, et on est parti.
    Nous n’avons pas de lombricomposteur, mais une poubelle (fermée), destinée aux déchets organiques. Et bien ces fameuses drosophiles parviennent à pondre à l’intérieur du couvercle de la poubelle, bien qu’elle soit nettoyée toutes les semaines(et fermée constamment). Donc notre poubelle sert un peu de couveuse par moment.
    Par contre, dès que les premiers froids arrivent, les drosophiles disparaissent.
    Je pense simplement que ces petites bêtes sont capables de sentir de très loin la douce odeur d’une matière idéale pour leur ponte, qu’elles en profitent un maximum, et quand la saison se termine, au revoir et merci!
    Honnêtement, à choisir, je préfère les moucherons aux papillons mangeurs de céréales… j’en garde un très mauvais souvenir de ceux-là.

    Bon courage avec votre lombricomposteur, je trouve cette idée géniale (mais pas l’espace chez nous, ni d’idée pour utiliser le compost) et j’espère que la cohabitation avec les moucherons se fera désormais moins fréquente ;-)

    Réponse
    • Nous en avions nous aussi avant d’avoir un lombricomposteur. La différence majeur ici est qu’ils sont beaucoup beaucoup plus nombreux et ne semblent pas vouloir disparaître avec l’hiver – enfin, autant qu’on puisse dire que c’est l’hiver, vu les températures !

    • Pour les « papillons mangeurs de céréales » (qui traînent dans des paquets de farines ou autre venant du supermarché) :

      Utiliser le congélateur. Si on ramène des paquets douteux, ou qu’on a un paquet contaminé, 24h au congélo, tamiser la farine, nettoyer a fond les placards, préférer les boites hermétiques, et le problème est rapidement réglé.

      Il semble qu’ils aiment la colle des papiers peints, vérifier qu’ils ne nichent pas sous un bord légèrement décollé, surtout près du plafond.

      Ils sont comestibles, c’est une nuisance pour l’intégrité des provisions, mais sans aucun danger.

  2. De mon côté j’ai un lombricomposteur Vers la Terre en plastique avec un robinet que je laisse toujours ouvert avec un arrosoir dessous pour récupérer le surplus d’humidité. J’en récupère près de 1L par semaine ! L’humidité semble donc être plus facilement contrôlée avec ces modèles. Alors cette il est moins esthétique que le votre, mais j’ai la chance de pouvoir le stocker dans ma cave. Du coup je n’ai pas de problème de moucherons autour de mon lombricompost (sauf à mes débuts, problèmes vite résolu avec l’utilisation du carton). Par contre, tous les étés j’ai le problème avec mon seau (fermé, en plastique) de récupération des déchets organiques. Je le nettoie soigneusement toutes les semaines, mais comme le dit Emilie juste avant, il y en a dès qu’on a des fruits fragiles qui mûrissent vite…

    Réponse
    • L’humidité est très facilement contrôlée dans notre modèle aussi. Ici, le problème était que mon amoureux avait mal lu la documentation, et ne mettait donc pas le carton dans la bonne proportion ! Erreur de débutant, dont nous nous souviendrons : c’est en se trompant qu’on apprend ☺
      C’est effectivement une chance d’avoir une cave pour le stocker !
      Merci pour ton retour et tes astuces !

  3. Bonjour,

    C’est effectivement une question qui se pose! J’avais déjà croisé ce sujet sur le site du compostage de proximité « Les Activateurs ». J’en ait d’ailleurs profité pour indiquer ton article sur le forum dédié au lombricompostage et aux moucherons, histoire de faire connaître tes bonnes astuces ;)

    http://lesactivateurs.org/groups/les-lombrics/forum/topic/avez-vous-des-moucherons-dans-votre-lombricomposteur/

    Chouette chronique en tout cas!

    Réponse
    • Merci Charline d’avoir partagé mon lien, je suis touchée ♥

  4. Bonsoir Clémentine et merci pour cet épisode supplémentaire à propos de notre lombricomposteur :)

    Nous échangeons beaucoup par mail, et t’avions déjà fait part de notre étonnement face à ces constantes invasions de moucherons. L’humidité et les moucherons ne sont en effet pas des problèmes fréquemment rencontrés par les utilisateurs de notre lombricomposteur qui ont plutôt tendance à avoir une litière trop sèche car le bois « respire » l’humidité.

    Cependant nous notons avec intérêt toutes les idées mises en place et je ne manquerai pas de les ajouter à la liste des astuces déjà présentes sur notre forum (http://www.laboiteaterre.fr/forum/) dès que la fin de la série « moucherons » sera publiée sur ton blog.

    Enfin pour les lecteurs, n’hésitez pas à nous contacter par mail, sur le forum ou la page Facebook si vous avez besoin de plus de renseignement sur notre produit en bois Français issu de forêts gérées durablement.

    À très bientôt, et surtout une excellente année 2016 à toutes et tous :)

    Réponse
    • Merci Amandine pour ton retour. L’humidité est ici clairement dû à une mauvaise co-gestion : j’ai mis des choses très humides dans le bocal, sans le souligner à mon Amoureux qui lui n’avait pas réalisé la quantité de carton à ajouter…
      Je ne m’alarme pas de nos erreurs : je suis persuadée que nous apprenons bien mieux en testant et en trouvant nos solutions. Je trouve d’ailleurs ça très stimulant ☺
      Merci de noter nos astuces sur ton forum : j’en suis toute émue ♥

  5. Merci beaucoup, pour tout ces conseils!
    Nous faisons du compost, pas en lombricompost mais dans un seau à compost que nous apportons au jardin partagé ( dans le quel nous participons).
    Nous avons eut des moucherons aussi, j’avais lu aussi l’histoire de l’humidité sur ce site :http://lecompost.info/mouche
    Qui est devenu ma bible, lol.
    Maintenant je vais suivre de prés tes articles aussi!
    Pour les déchets humides, je prends note du conseil de bocal en verre.
    Pour les peaux d’agrumes, en fait, je les gardes pour mecs produits ménagers: détergeant désinfectant, produits vaisselle. Ou tout simplement mixée pour les gâteaux et autres recettes.
    J’essaye aussi laisser le moins de restes, dans un but anti gaspi: du coup, j’essaye de réutiliser les croutes de fromages, les os pour en faire des bouillon etc…
    Je congèle beaucoup, réutilise la moindre portion ( une part me sert de repas de midi au boulot)!
    Mais bon il m’en reste encore!
    Merci encore pour tous les conseils!

    Réponse
    • Merci Cécile pour ton retour et tes astuces.
      J’utilise aussi les peaux d’agrumes pour les produits ménagers et l’après-shampoing. Ils ne vont de toute façon pas dans le lombricomposteur : ils sont trop acides.
      De même, le lombricomposteur ne prend pas en charge les restes animaux : ce n’est pas grave pour nous, nous n’en avons pas !

  6. Bonjour :)

    Personnellement pour éviter d’être envahie par les moucherons (il y en a toujours un peu dans le lombricomposteur) je réduis les déchets sucrés pendant un temps… les fruits produisent du vinaigre et c’est ça qui attire et favorise la prolifération des drosophiles… Mais si je le fais c’est parce que j’ai la possibilité de mettre mes épluchures de fruits à l’extérieur, sur un composte classic… je ne donne alors à mes vers que des aliments de type « légume ».
    Ça permet de maintenir un équilibre mais je n’ai pas encore eu la joie des mouchettes en été vu que je n’ai mon lombricomposteur que depuis quelques mois :D
    Nous verrons ça en pleine saison !

    Réponse
    • Merci Rosalie pour ton retour et tes astuces !

  7. Bonjour
    Je n’ai pas de lombricomposteur mais un composteur dans le jardin. Cet article m’intéresse car les moucherons peuvent être gênants aussi dans ce cas là: cette année avec l’hiver qui n’arrive pas ils ont énormément proliféré et on se fait attaquer par une nuée de moucherons dès qu’on ouvre le composteur. J’attends donc avec impatience le deuxième article. Par contre pour le seau dans la maison on n’a plus du tout de problème depuis qu’on utilise une poubelle à pédale: ces saletés de moucherons qui se faufilent partout n’arrivent pas à y rentrer,pourtant elle reste plusieurs jours sans qu’on la vide.

    Réponse
    • Merci Dominique pour ton retour ! Je ne pense que mes astuces pour lombricomposteur te seront utiles pour un compost de jardin, mais peut-être te donneront-elles des idées ?

  8. bonjour
    j’ ai un lombricomposteur depuis quelques années et effectivement beaucoup de petites mouches un peu ca va trop c’est genant .
    le probleme est bien l humidité.depuis 2 ans le centre ou je travaille dispose d’une dechiqueteuse plus facile à bien etalerrecupere bien l’excedent d’humidité et mes vers se regalent….
    bonne continuation
    corinne

    Réponse
    • Merci Corinne pour ton retour. Je crois que nous allons encore augmenter la dose de carton !

  9. Bonne idée le pot à couvercle ! Je me trouve dans la même situation que Dominique, à savoir un compost dans le jardin. Habitant dans une zone viticole, nous sommes habitués à la prolifération des drosophiles à partir de septembre. Mais dès que les premiers froids apparaissent, ils disparaissent. Cependant cette année, l’hiver ayant mis du temps à s’installer, nous avons eu une invasion énorme ! Mon plafond à l’origine blanc est moucheté … J’ai hâte de lire ton prochain article sur comment s’en débarrasser !!!
    Merci à très vite
    Régine

    Réponse
    • J’espère que depuis tu as pu régler ton problème de drosophiles Régine ! Merci pour ton retour ☺

  10. Merci beaucoup pour toutes les astuces. J’hésite encore à franchir le cap à cause de facteurs divers (température hivernale dans ma maison sous les 20 degrés, vibrations et bruits plus ou moins importants dans la pièce que je réserverais aux vers, forte crainte de l’humidité et de développement de moisissures alors que ma maison fait très facilement de la condensation notamment en cuisine, etc). Sans terrasse/ balcon, aucun moyen de les chauffer beaucoup si nécessaire. Encore merci cependant pour les astuces, ça servira peut-être qui sait?! :)

    Réponse
    • Je suis heureuse que ça te soit utile Estelle. Reste avec moi, la suite te sera utile aussi : nous avons déménagé les vers sur notre balcon : à cette saison, c’est frais et humide ;)

  11. À l’aide Clémentine

    J’ai des problèmes de mouche à fruit depuis quelques mois, c’est presque rendu insupportable puisque j’essaie touts les trucs possible pour les éliminer et que cela ne fonctionne pas. En gros j’essaie de les attraper avec du vinaigre de cidre ou un petit fond de vin, ensuite je spray de l’huile essentiel de lavande dilué dans de l’eau, je les aspire avec la balayeuse, j’arrête de nourrir mes vers, enterre le composte avec du terreau, met du carton… Rien n’a fonctionné.

    Depuis que j’ai commencé mon aventure avec le Lombricompost en octobre 2015, j’ai eu un mois sans mésaventure. Je ne récolte même pas de lombri Thé et je ne comprend pas pourquoi. Si mon composte est trop sec j’ai tout de même un méga giga problème de mouche.

    J’ai enfermé le composte dans ma salle de lavage et y allait tout les jours pour essayer de résoudre le problème de mouche, mais tout cela est tellement devenu lourd que même attendre au printemps pour me débarrasser du problème me semble trop long.

    Réponse
    • Je te comprends tout à fait Marjo, c’est très pénible ces mouches dans la maison.
      J’ai rédigé un article avec mes astuces pour se débarrasser de ce type de mouches. Pour nous, ça a fonctionné en à peine 15 jours. J’espère que ça te sera très utile !
      Pour y avoir accès, clique sur Une année de lombricompostage dans les liens pour aller plus loin en bas de l’article, puis choisis l’article en question dans la liste.
      Je te souhaite bon courage ☺☺

  12. Bonjour Clémentine,
    J’ai un lombricomposteur depuis 1,5 mois et comme beaucoup d’autres j’ai un énorme problème de moucherons. J’en ai tellement que je ne sait plus comment m’en débarrasser. Les fenêtres de la cuisine sont envahi et quand je soulève le couvercle du composteur il y en a plein ainsi que des oeufs. Je n’en peux plus et aujourd’hui j’ai transféré le composteur de la cuisine sur mon balcon, ce qui est, vue que la température a bien baissé depuis quelques jours, pas une très bonne idée, mais je ne supporte plus ces petites bêtes. J’ai donc rajouté encore beaucoup de carton, en espérant en avoir mis assez. Reste tous ces moucherons dans la cuisine et je voulait voire l’insecticide naturel qui est proposé plus haut mais je n’arrive pas à ouvrir la page; je ne sais pas pourquoi. Serait-ce possible de me faire connaître la ou les recette(s) des insecticides naturels?
    En tout cas je suis ravis de ce forum et de lire que je ne suis pas la seule à avoir ce problème. Merci de tous vos conseils vous tous.
    Johanna

    Réponse
  13. Finalement j’ai réussi à ouvrir la page mais je ne trouve pas d’insecticide pour me débarrasser des moucherons dans ma cuisine (je n’ai malheureusement pas de jardin). En connaissez-vous contre ces insectes?
    Merci,
    Johanna

    Réponse
    • Ah zut… et bien non, je n’ai pas d’insecticide. Pour ma part, j’ai utilisé la méthode que j’explique dans cet article.

  14. Par « insecticide » j’entend un moyen naturel bien sûre. Merci beaucoup de tous ces conseils. Pour l’instant le lombricomposteur est sur le balcon, même s’il fait -4 degrés, cela n’a pas l’air de déranger les lombrics, à part que le travail est un peu ralenti. Pour l’instant je ne rajoute pas de déchets, le temps qu’ils s’occupe de ce qu’ils ont. Je suis consciente que j’ai trop vite rajouté trop de déchets, donc je fait une pause même si cela me fait mal au coeur de jeter tout ce compost à la poubelle. Dès que j’ai assez de courage j’essayerai un ou plusieurs methodes proposés.
    Merci,
    Johanna

    Réponse
    • Sur le forum du site de la boite à terre, il y a aussi plein d’astuces, et tu pourras demander de l’aide. J’espère en tous cas que ton souci s’est résolu !

  15. Moi pour limiter l’apparition des moucheron, je re couvrais de terre les déchets organique pour Qu ils ne soient pas en contact avec l’air!

    Bien a vous

    Réponse
    • Merci pour l’astuce ☺☺

  16. Voici un commentaire tardif, mais qui peut-être intéressera quelqu’un, qui sait :) On est envahi depuis quelques temps par les mouches drosophile, c’est-à-dire des gros moucherons un peu orangés (notre lombricomposteur est dans la cuisine) et on est tombé complètement par hasard sur une astuce pour les éliminer… On a oublié oublié une infusion de camomille dans la cuisine pendant une nuit entière et on a vu le lendemain matin que trois mouches drosophiles étaient venues s’y noyer. En laissant la tasse plus longtemps (avec le sachet d’infusion toujours dedans), les mouches sont venues toujours plus nombreuses s’y noyer. Au bout d’un moment, les mouches finissent par couler au fond de la tasse, ce qui veut dire que celles qui sont à la surface sont venues « récemment »… Et il y en a toujours des dizaines ! Sur le bord de la tasse, il y en a également toujours cinq ou six qui s’apprêtent à se jeter à l’eau. On a donc mis deux ou trois pièges de ce type dans la cuisine et assez rapidement (et en limitant l’apport en fruits dans le lombricomposteur), on est venus à bout de la crise…

    Réponse
    • Merci pour cette astuce, qui effectivement fonctionne bien avec ce type de moucherons. Bonne continuation !

  17. Bonjour!
    Curieusement, moi j’ai le problème inverse: mon compost était beaucoup trop humide, quasiment boueux, mais aucun moucheron.

    Je l’ai recommencé pour mieux gérer l’humidité, et je l’ai très (trop) bien gérée. On m’avait dit de ne pas m’inquiéter, qu’on ne met jamais trop de cartons, et bien c’est faux: mes vers n’apprécient pas tellement, ils se baladent sur les parois ou descendent dans le bac à jus, mais ne se baladent plus dans le compost et donc consomment beaucoup moins les déchets.
    Comme en même temps on m’a fourni une poubelle pour les déchets du composteur externe, j’ai eu des moucherons, et j’ai commis la bête erreur de mettre certains déchets de cette poubelle dans mon lombricompost. Du coup, malgré la sécheresse du terreau, plein de moucherons. Et comme les vers ne s’attaquent plus trop aux déchets, ils vont s’y attarder un moment…

    J’ai dû humidifier le compost et j’arrête les apports le temps que tout soit consommé; mais j’ai d’ores et déjà abandonné cette petite poubelle pour reprendre mon petit bac hermétique!

    Comme quoi, l’humidité n’est pas forcément un défaut…

    Réponse
    • Merci pour ton témoignage Sarah ! C’est très instructif.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Insecticides naturels à faire soi-même - Mon Petit Balcon - […] c’est f***tu. J’en avais un tas dans mon compost mais en lisant les aventures du compost de Clémentine la…

Laissez une réponse à Dominique Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Encore un peu de lecture ?

Ca t’a plu ? Continue ton cheminement écolo !

Tu recevras un mail par semaine, avec des astuces écolo, les récap des challenges écolo… Promis, je garde ces infos juste pour moi. Et pas plus d’un mail par semaine.

Et pour fêter ton arrivée, un mini-challenge d’une semaine pour faire tes premiers pas vers une diminution de tes déchets avec 7 astuces faciles et efficaces.

Pendant ce temps sur Instagram…