Bon, si on met moins de chocolat dans nos desserts, on mange quoi ?

Des fruits pardi !

Les fruits locaux

Ecologiquement parlant, le mieux est bien entendu d’acheter des fruits locaux et de saison.

Le plus simple pour ne pas commettre d’impair est de te fournir dans une AMAP ou sur un marché de producteurs.

Tu peux trouver sur le site de Terre Vivante un calendrier des fruits poussant en France, qui te permettra de connaître les saisons si tu fais tes courses autre part.

Voilà pour la partie facile.

En chemin vers le végétarisme : végétarien, végétalien et végane

Les fruits exotiques

Maintenant, qu’en est-il des fruits exotiques, c’est-à-dire tropicaux ?

Banane, mangue, ananas, papaye et avocat sont les fruits tropicaux les plus consommés en Europe.

Frais, les fruits tropicaux voyagent en avion : ils ne peuvent être réfrigérés car ils sont très sensibles au froid.

De plus, ils continuent à mûrir une fois cueillis. Ils sont donc souvent recouverts de produits chimiques qui stoppent ou ralentissent le mûrissement. En vrac, ces produits peuvent contenir des produits animaux tels que de la caséine ou du petit lait, des dérivés du pétrole comme la paraffine, des huiles minérales… Je n’ai pas réussi à trouver d’information claire quant au sort des fruits biologiques.

Même ainsi, c’est de 25 à 80% de la récolte qui est perdue. Autant dire que les consommer frais n’est pas très écologiques.

Consommer des fruits tropicaux, est-ce écologique ?

Faut-il se passer pour autant de fruits tropicaux à vie ?

Alternativement à l’avion, le transport par bateau émet moins de CO2 à la tonne de marchandise transportée. Manger des fruits tropicaux en conserve, transportés par bateau est donc une alternative.

J’ai alors été fouiller dans mes placards pour y dégoter la seule conserve exotique présente : une boite de lait de coco. Rien n’est mentionné sur l’emballage quant au transport. Un petit tour sur le site de la marque m’a permis de conclure qu’ils indiquent transformer leurs produits sur place, puis les transporter par bateau. Est-ce bien le cas de toutes les marques ? Je t’avoue que je n’en ai aucune idée ! A toi de faire ta petite enquête sur tes marques fétiches.

Il s’agit aussi, comme le souligne Natasha, prise en flagrant délit de consommation de banane, de relativiser. Une consommation raisonnée de fruits tropicaux, mise en parallèle avec de nombreuses autres attitudes écologiques n’augmentera pas drastiquement tes émissions de CO2. En comparaison, un kilo de banane émet 56 fois moins de CO2 qu’un kilo de steak, même bio et local. C’est à dire que tu peux manger 56 kg de bananes pour autant d’équivalent CO2 qu’1 kg de steak !

Réflexion sur l'alimentation : devenir vegan et l'éducation des enfants

Et toi, consommes-tu beaucoup de fruits ? Quels sont tes choix ? S’il te plaît, partage ton expérience en commentaires !

 ++ Fruit tropical, article wikipédia
++ Conservation et transformation des fruits : nouveaux enjeux, nouvelles techniques
++ C’est l’avion qui cache le bateau (et son CO2)
++ Quels fruits et légumes pour quelle saison ?
++ Prise en flagrant délit de consommation de banane

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin :

plaisirs-sucres-sain-et-vegan-clementine-la-mandarine cuisiner-avec-un-indice-glycemique-bas-clementine-la-mandarine