Journal d’une reconfinée #20

Nov 20, 2020 | 2 commentaires

Huit heures trente.

Je bouge les meubles dans mon bureau. Après que B. ait fait un peu de place, on peut ajouter un nouveau bureau pour M. Parce que quand on n’est pas confiné, c’est un peu la crise du logement dans les locaux ! Il faut dire que c’est tellement chouette comme ambiance qu’on a envie de travailler sur place.

Onze heures trente.

J’ai enfin fini de publier les trois derniers articles de ce journal. Si j’arrive à écrire à peu près quotidiennement, sauf les week-end, il m’est beaucoup plus difficile de prendre le temps de faire des photos et de mettre en ligne l’article. Mais est-ce bien dramatique, si je publie sans photo ? Moi et le perfectionnisme…

Midi.

Retour à la maison, pour une après-midi de folie avec Petit Lutin. On part faire quelques courses. Je récupère le colis de l’échange réalisé avec C. : du matériel créatif dont elle ne se servait plus contre des mouchoirs de ma boutique. Je suis aux anges, car tout cela me sera très utile ! Il y a même les pelotes de laine pour tricoter les chaussons pour le Noël de Petit Lutin !

1- mon vélo qui sèche, 2- une fleur de dahlia, totalement improbable à cette saison. Je trouve ça vraiment inquiétant tout de même, des fleurs qui bourgeonnent en Novembre…, 3- les olives mûrissent tranquillement, 4- Petit Lutin en pleine peinture sur les branches.

Quatorze heures.

On se lance dans la peinture au spray, pour deux projets : un arbre de Noël et la customisation de mon vélo.
Pour le vélo, c’est tout simple : on le peint intégralement en rose. Le plus long sera de protéger les roues, la chaîne, la selle… et d’attendre qu’une face sèche pour pouvoir entamer la deuxième.
Pour l’arbre de Noël, j’avais récupéré des branches cassées en allant voir les juments, après un jour de vent. Nous avons ajouté du blanc dessus, en spray de loin, pour un effet neige : ça juste de petites tâches. Maintenant, y’a plus qu’à monter l’arbre.
Petit Lutin était tellement heureux de peindre avec des sprays de peinture : “Waou, mais c’est comme pour faire des tags !” Nous avons utilisé les sprays Rust-Oleum, qui sont écologiques, à base d’eau. Ça se sent d’ailleurs à l’odeur : il n’y a pas de senteur entêtante chimique, juste une petite odeur qui disparaît bien vite.

Seize heures.

Maintenant, c’est stop motion. On rigole beaucoup à créer les personnages en Lego. “Alors ça, c’est J., ça c’est un Tshirt pour S. Tu crois que ce corps, pour M., ça va ? Oh regarde, j’ai trouvé une tête avec des lunettes pour P. Huuuum, on a aucun cheveux qui va pour L.” Après une trentaine de minutes à ce rythme là, je me sens totalement noyée de paroles, incapable de réfléchir. C’est fatiguant, de faire des trucs avec Petit Lutin, à cause de ça : son flot de paroles incessant est envahissant, écrasant. Impossible de réfléchir, de penser. Et ça va tellement vite dans sa tête qu’il a besoin que ça sorte. Il fait tellement d’effort là dessus, et c’est tellement difficile pour lui.

2 Commentaires

  1. Mon grand est pareil, il nous noit de paroles… Parfois je lui dis : “mais tu sais que là je ne t’écoute plus ?” Depuis le temps, il comprend que j’ai soit lâché son raisonnement soit que je ne suis plus capable de suivre ses phrases qui s’enchaînent sans fin. Et il me répond : “Oui, je sais !”, et il continue de parler, tout seul ou en me suivant O_o C’est épuisant !
    C’est super de faire du stop motion, mais il me semble qu’il faut une sacré patience non ? Du coup on ne s’at jamais lancé. Tu as des vidéos visibles quelque part sur le net ?

    Réponse
    • Oh oui, c’est épuisant !!
      Pour le stop motion, non, nous n’avons rien mis en ligne. Bientôt la vidéo que nous faisons avec Petit Lutin peut-être ?

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des arbres !

Zéro déchet

Cartes Postales

Jardinage urbain

Encore un peu de lecture ?