L’éducation bienveillante : c’est quoi ?

Mar 2, 2015 | 43 commentaires

L’éducation bienveillante. 

Voilà un bien joli terme, qui semble plein de promesses. Un peu paradoxal aussi : est-ce qu’un parent pourrait consciemment choisir de donner à son enfant une éducation malveillante ? J’ai du mal à le croire !

Pour moi, et c’est une définition très personnelle – et constamment remise en question, l’éducation bienveillante est un accompagnement de l’enfant en restant à l’écoute de toute la famille. Dans cet accompagnement, l’enfant est considéré comme un humain à part entière, qui a le droit de ressentir des émotions, de les exprimer. Cet être humain est écouté, au mieux. Ses besoins sont pris en compte, au même titre – ni plus, ni moins – que ceux des autres membres de la famille, adultes et enfants.

10 idées simples pour un monde plus beau

Les enfants ne reçoivent ni punitions ni récompenses.

Lorsque le comportement d’un enfant ne peut être toléré par une autre personne, l’enfant ne sera pas puni ni châtié. L’adulte lui expliquera, par un message “je” pourquoi son comportement le dérange et les émotions qu’il suscite. L’enfant pourra alors choisir de lui-même de cesser le comportement ou chercher un compromis avec l’adulte.

Lorsque le comportement d’un enfant fait grand plaisir à une autre personne, l’enfant ne sera pas récompensé. L’adulte lui expliquera, par un message “je” pourquoi son comportement lui plaît et les émotions qu’il suscite. L’enfant sera remercié, et ses actions pourront être détaillées verbalement, afin qu’il puisse se les remémorer en partageant le plaisir avec l’adulte.

Ainsi, l’éducation bienveillante n’est pas laxiste. Non, non ! Je répète : L’éducation bienveillante n’est pas laxiste. Les outils utilisés pour faire cesser les comportements intolérables sont seulement radicalement différents de ceux employés dans l’éducation traditionnelle (fessées + punitions versus récompenses).

balade-en-luge-en-foret-clementine-la-mandarine

Par contre, et c’est encore mon point de vue personnel, l’éducation bienveillante est épuisante émotionnellement pour l’adulte, quand celui-ci n’a pas reçu un tel accompagnement enfant.

Il s’agit d’apprendre un nouveau langage et surtout une nouvelle façon d’être et de considérer les enfants, et les autres de façon générale. Choisir ce mode d’éducation a été pour moi une ouverture sur le monde, sur le respect, sur les autres humains, sur l’empathie. C’est à la foi merveilleux à découvrir, et harassant. J’ai très souvent en tête des phrases toutes faites, entendues pendant mon enfance, qui refont surface. Je dois alors prendre garde à ne pas les dire, puis chercher quelle manière me semble juste pour exprimer ce que je ressens.

Chaque mercredi, le soir, après avoir passé une journée seule avec Petit Lutin, je me sens épuisée. Même si la journée s’est formidablement bien passée, et que les besoins de chacun ont pu être écoutés et comblés, que les conflits, inévitables, ont pu être réglés de manière sereine.

Il me semble que la bienveillance, comme toute nouvelle connaissance, s’apprend avec le temps et demande des efforts.

Merci à toutes pour votre participation échange ton smartphone contre une box

C’est bien joli tout ça, mais comment faire pour accompagner ses enfants avec bienveillance lorsque nous-même n’avons pas été élevé de cette façon ? Je te propose de t’inscrire au challenge pour nous rejoindre dans cette découverte.

Lors de cette première quinzaine de jours du mois de Mars, je te propose de découvrir des ressources, des témoignages pour commencer ou continuer sur la voie difficile mais oh combien merveilleuse de l’éducation bienveillante. Entre-nous, pas de chichis. Oui, c’est difficile, et nous en parlerons. Oui, tous les parents ont des ratés, et nous en parlerons. Oui, nos enfants sont tous merveilleux, et nous en parlerons aussi ☺♥

Je t’invite dès aujourd’hui à apporter ton témoignage à ce merveilleux challenge, en répondant aux questions que tu trouveras sur ce formulaire.

Echange ton ancien smartphone contre une box cadeau écologique et personnalisée

Note : Dans le seconde partie de ce challenge, nous parlerons de la bienveillance envers soit-même et de la communication non violente. Patience !

Et pour toi, c’est quoi l’éducation bienveillante ? S’il te plaît, donne-nous ton avis en commentaire… bienveillant !

Petits liens qui vont pour aller plus loin :

  education-bienveillante-clementine-la-mandarine challenge-education-bienveillante-communication-non-violente-clementine-la-mandarine

43 Commentaires

  1. bonjour,
    merci pour ce joli article… oui, c’est difficile et fatiguant d’être parent, et j’ai bien envie de participer à ce challenge !!

    Réponse
    • Bienvenue Christelle ! j’espère que ce challenge t’apportera des idées pour continuer sur cette voie ☺

  2. Quel vaste chantier que l’éducation, surtout s’il on se remet en question aussi souvent que possible pour faire bien et même mieux !

    L’éducation bienveillante serait celle qui aide vraiment à grandir, comme tu l’expliques dans ton billet, c’est un accompagnement, qui laisse le choix sans non plus tout laisser faire. Mais c’est d’abord un vrai travail sur soi du parent qui guide et là, chez moi il y a du boulot !
    Merci d’avoir proposer ce thème !

    Réponse
    • Merci pour ton retour. Un vrai travail en tant que parent, oh ! oui ! Je suis ravie que cette thématique te parle ☺

  3. Pas encore maman, mais peut être un jour :-), et c’est une question très importante pour moi, qui n’ai pas été élevée par des parents bienveillants (et pourtant très aimants!), car eux-mêmes criblés de peurs et de mauvais réflexes de leurs propres parents…
    Merci Clémentine pour ce beau challenge :)

    Réponse
    • Merci Alexia. Nous sommes je crois beaucoup dans ton cas, à avoir eu des parents aimants sans qu’ils sachent comment faire pour être bienveillants. Je te souhaite de belles découvertes !

  4. Accompagner nos enfants n’est certes pas choses aisée, nous cherchons toujours à faire au mieux tout en sachant qu’il peut y avoir des zones troubles dans nos choix. L’idéal étant d’évoluer, d’avancer, dans notre façon de faire mais ils grandissent et il serait bon de pouvoir en effet être le plus cohérent dans nos choix ^^ ! Très bel article et vaste chantier d’évidence je suis bien de cet avis ^^ !

    Réponse
    • Merci pour ton commentaire. Oui, évoluer, toujours, avec eux ☺

  5. Haha, ces phrases du passé qui reviennent: “si tu continues, tu vas avoir une fessée!” Mais en fait, elle ne sait même pas ce que c’est une fessée!!! C’est en effet d’autant plus difficile de s’essayer à l’éducation bienveillante quand on n’a pas grandit là-dedans. Je vais suivre ton challenge! A bientôt.

    Réponse
    • Bienvenue Juju, j’espère que tu trouveras des choses qui t’intéresseront !

  6. Responsable d’une colocation lycéennes-étudiantes (7 jeunes + moi), je me sens très concernée.
    L’éducation bienveillante ne concerne pas que les jeunes enfants mais aussi les ados et les jeunes adultes.
    C’est un challenge permanent, renouvelé aussi chaque fois que de nouvelles jeunes intègrent la coloc.
    Merci, Clémentine, pour ce cadeau d’une mise en commun de nos expériences.

    Réponse
    • Merci Claire. Oui, bien entendu, cela concerne tout le monde ! Merci de l’avoir souligné ☺

  7. Bel article, plein de tolérance mais tellement difficile à suivre dans la réalité et la vie actuelle…. Mais j’en su convaincue même si je n’y arrive pas toujours. L’important étant de tendre vers la bonne direction pour finir par y arriver et surtout que nos enfants y arrivent un jour à leur tour … Merci pour ce partage bienveillant et constructif. Je suis partante pour le challenge.

    Réponse
    • Merci Carole pour ton retour et je te souhaite un beau parcours bienveillant. Je suis tout à fait d’accord avec toi : tendre dans la bonne direction, progresser est l’essentiel. C’est, je crois, cela aussi d’être bienveillant envers soit-même !

  8. Je sens l’émotion en toile de fond de ton article. Merci de partager ton témoignage avec nous.
    On parlait justement hier soir avec mon amoureux de l’énergie que nécessite la bienveillance suite à la lecture (à deux) de l’article sur le blog ” S comm C” (le témoignage sur la colère).
    Rien qu’être bienveillant avec soi, reconnaître ses émotions et les évacuer, c’est épuisant. Le degré d’introspection (qu’est-ce que je ressens ? comment le verbaliser ? comment transmettre le message sans être dans le jugement?) demande une énergie énorme. En lisant ce témoignage, je me suis dit que la méditation pouvait sûrement aider dans l’analyse du ressenti (un joli pont à faire avec le challenge de l’été dernier ;-) )
    Au final, l’éducation n’est-elle pas un parcours partagé où à la fois parents et enfants apprennent l’un de l’autre ? L’erreur est une chance, à partir du moment où la reconnaît : elle permet de progresser.
    C’est avec tout grand plaisir que je suivrai ton challenge du premier mois du printemps =)

    Réponse
    • Oh comme je suis d’accord avec toi Emilie ! Je crois d’ailleurs préféré parler d’accompagnement que d’éducation (au moins en tant que parent, pour les éducateurs, instituteurs, etc… la relation avec l’enfant n’est pas le même). C’est une façon pour moi de me rappeler que nous apprenons ensemble, une façon de me souvenir que je dois aussi bienveillante envers moi-même, et que moi aussi j’apprends. Merci pour ton commentaire, si juste, qui me permet d’en prendre conscience ☺

  9. J’ai déjà entendu parlé de l’éducation bienveillante mais mes connaissances en la matière reste bien superficielles.
    Si je devais qualifier l’éducation que je donne (ou essaie de donner) à ma fille en un mot, je ne sais pas. Mais à la base, je la respecte en tant que personne et j’essaie d’être à son écoute et de l’encourager. Il y a un côté bienveillant je pense, et sans techniques particulières.

    Réponse
    • Merci Jenny pour ton retour. J’espère que ce challenge te permet de continuer sur ce chemin de respect que tu sembles déjà parcourir avec ta fille ☺

  10. Bonjour Clémentine,

    Quand tu as publié la liste des challenges de l’année, c’est celui-ci qui m’a le plus attiré.
    J’ai longtemps été trop exigeante envers mon fils, je l’ai réalisé à une période où j’ai pu “prendre le temps”, c’est vraiment ça qui m’a aidée. Arrêtée pendant ma 2e grossesse, le rythme quotidien s’est apaisé, la fatigue a diminué et j’ai pu vraiment profiter de ce temps pour me consacrer à lui.
    Je suis loin d’être une maman parfaite, il y a encore des ratés comme tu dis. C’est pour moi plus facile d’être patiente avec ma 2e, sûrement parce qu’elle est plus calme, que notre parcourt est différent (alors que pour Malo ça a été césarienne, biberon, reprise du travail à ses 3 mois, avec Ella j’ai appris une autre parentalité. Mais le lien, la complicité sont les mêmes avec mes deux enfants), et je trouve que dans notre société nous sommes plus exigeants avec les aînés. Pourquoi, aucune idée !
    Je suis ce défi avec attention.

    Merci beaucoup, ce choix était très judidiceux !!
    Bises,
    Marie.

    Réponse
    • Merci Marie pour ton témoignage. C’est chouette de voir qu’à tout moment, on peut choisir de changer sa relation à la parentalité ☺ J’espère que tu trouves beaucoup de choses qui t’intéressent dans ce challenge !

  11. Effectivement, l’éducation bienveillante des enfants est fatigante émotionnellement. Fatigante quand on “dérape” parce qu’on s’en veut, fatigante quand il faut se battre pour ne pas faire émerger les vieux schémas quand il y a une situation de crise. Mais qu’est-ce que c’est agréable, joyeux, enrichissant, apaisant…et plein d’autres choses encore quand on la met en pratique. Pourquoi ce n’est pas enseigné à l’école?? :-)

    Réponse
    • Je suppose que cela dépend des écoles. Dans celle de Petit Lutin, ils s’y essaient. La bienveillance envers les enfants fait partie des outils pédagogiques. Mais j’imagine que cela dépend beaucoup du chemin emprunter par les enseignants, et que certains y sont tout simplement réfractaires ?
      Merci pour ton retour Marina ☺

  12. Bonjour,
    Merci de cet écrit fort complet.
    Pour moi, l’éducation bienveillante c’est un accompagnement de chaque moment du développement de l’enfant dans le respect de chacun des membres de la famille…

    Réponse
    • Merci Laetitia pour ce joli résumé de la bienveillance ☺

  13. Pour nous l’éducation bienveillante est passée par une déscolarisation : comment être bienveillant et laisser nos enfants malheureux de ce qu’ils vivent seuls sans notre protection dans ce monde scolaire qui peut être sans pitié ? Ce fut une décision murie et réfléchie et une expérience enrichissante pour notre famille. Nous avons pu profiter les uns des autres dans une atmosphère calme et sereine.

    Réponse
    • Oh Valérie, cette expérience doit effectivement être merveilleuse ! Merci pour ton retour ☺

  14. Merci pour ce nouveau et passionnant challenge ! Mais également pour cet article qui résume plutôt bien le principe d’éducation bienveillante SANS EN CACHER les côtés les plus difficiles, à savoir le coût physique et émotionnel pour le parent. Oui, c’est difficile d’avancer sur ce chemin, cela ne se fait pas de façon instantanée ni même linéaire. Et ça, ça fait du bien de le LIRE, de le DIRE, car bien souvent les articles sont rédigés de façon à occulter cette partie et sont de fait plutôt culpabilisants pour les parents …

    Ce que je relève particulièrement dans ton texte, c’est que les besoins de l’enfant ne doivent compter ni plus ni moins que ceux des autres membres de la famille. Personnellement, cela me parle beaucoup car j’aurais tendance à vouloir “compenser” le fait que mes besoins d’enfant n’ont pas été écoutés par une écoute exacerbée des besoins de mes propres enfants, au détriment des miens…

    Merci encore, donc, et zou, je file m’inscrire ! Bonne journée !

    Réponse
    • Merci Marjolaine pour ton témoignage. Trouver l’équilibre est délicat, et celui-ci change tellement au fur et à mesure que le temps passe, qu’il aussi extrêmement difficile à conserver. Je te souhaite de tout coeur de le trouver sereinement ☺

  15. Bonjour à toutes les Mamans!

    Je suis une Maman en devenir, enceinte de 3 petits mois mais déjà pleine d’amour pour mon bout d’chou qui pousse! Je commence doucement à me poser des questions sur son éducation et je tombe sur cet article. J’ai depuis longtemps l’envie de respecter mon enfant et son rythme plutôt que les diktats éducationnels transmis par notre société, nos parents ou l’école mais j’avoue avoir du mal à projeter cette “éducation bienveillante” aux cas de crise.
    Comment faire pour calmer son enfant quand on a affaire à un gros caprice, à une grosse colère? J’ai longtemps travaillé avec des enfants, et j’ai largement participé à l’éducation de mon jeune frère… Je ne veux pas punir mon enfant comme cela m’a été appris et comme je l’ai moi-même vécu (au coin, tape sur les doigts, fessée, etc…) mais j’avoue restée perplexe! Peut-être que j’aurai mes solutions quand le problème se posera, parce que j’imagine qu’à chaque enfant, à chaque parent correspond une solution?!
    Comment cela se passe-t’il concrètement pour vous?

    Bonne journée!
    Elodie

    Réponse
    • Elodie, je pense que le mieux est de lire des livres sur le sujet : un article du blog y est consacré. Les auteurs y donne des solutions bienveillantes et je suis certaine que tu y trouveras la réponse à tes questions de manière bien plus détaillée que ce que je pourrai t’apporter en réponse à ton commentaire.
      Cependant, en résumé, pour nous, il s’agit de trouver l’émotion qui est cachée derrière la colère (on n’utilise jamais le mot caprice, car le caprice est un besoin de l’enfant que le parent juge non justifié et c’est donc un jugement) : tristesse, frustration, impuissance… et ensuite d’en parler pour trouver une solution.

  16. Belle définition de la bienveillance qui est effectivement épuisante. Régulièrement je me dis qu’une « bonne baffe » ferait mille fois mieux le boulot … à court terme. Voir à long terme et écouter comment mes enfants parlent me suffit à « me reprendre » ;-)

    http://namok.be/blog/?post/2014/01/08/bienveillance

    Réponse
    • Ca me traverse l’esprit aussi, et c’est honnête que de l’avouer. Mais ce sont des moments où je me sens impuissante, fatiguée. Merci pour ton témoignage Pierre ☺

  17. Bon ben déjà ça m’apprendras à lire mes mails avec autant de retard (du coup je ne peux plus répondre au questionnaire :-( ).
    En fait je n’avais pas trop d’idées sur l’éducation bienveillante car jusqu’à présent je ne m’intéressai pas forcément au sujet.
    Il est vrai qu’il m’arrive ponctuellement de mettre mon loulou au coin mais c’est très fatiguant de répéter les mêmes choses toute la journée et que les bêtises continues d’arriver…
    Mais déjà en lisant cet article je vois des points que je dois améliorer et je t’en remercie :-D
    Je penses donc m’inscrire de ce pas au challenge qui va m’être bien utile :-)

    Réponse
    • J’espère que tu trouveras ici plein d’astuces pour que ton quotidien soit plus apaisé ! Je te souhaite plein de belles découvertes ☺

  18. Moi aussi j’arrive trop tard pour le questionnaire… Tant pis, je reste bienveillante avec moi-même, je ne peux pas me dédoubler ! :)
    J’ai accouché il y a un peu plus d’un moi de notre 3è fille, j’ai donc une aînée de 4,5 ans, une cadette de 2,5 ans et un nourrisson d’1 mois à la maison. Sans aucun soutien de la famille au quotidien : les plus proches sont à 500km, et nous avons emménagé trop récemment dans notre village pour avoir réussi à construire un réseau d’allo-parent suffisant. Autant dire que les occasions de déraper sont nombreuses !
    Mais ma motivation reprend toujours le dessus : je suis moi-même en apprentissage, grâce à mes enfants. Nous sommes majoritairement tous (en France… et dans le monde occidental), bien qu’adultes, complètement immatures concernant la gestion des émotions, des relations interpersonnelles. Quand j’entends ma soeur parler du management dans sa grande entreprise, je me dis que tout le travail que je fais pour et avec mes enfants leur feront gagner du temps !
    En effet, c’est non seulement une fabuleuse aventure familiale, mais aussi individuelle (je m’enrichis chaque jour) et qui a une portée beaucoup plus large. La paix dans le monde, le respect de la nature et de l’environnement ne peuvent se construire qu’avec des adultes qui ont été éduqués avec bienveillance.

    Je plussoie à 100% le commentaire de Marina : ces compétences (estime de soit, confiance en soit, respect et écoute de soit-même et des autres, etc) devraient être enseignées à l’école, bien avant la lecture et cie !!!

    Pour donner des pistes à Elodie, je lui conseille comme dans le commentaire d’Emilie de visiter le blog
    blog.scommc.fr

    Réponse
    • Merci beaucoup de cette réponse, je me suis jetée sur ce blog dès que j’ai lu les commentaires précédents!
      Bonne soirée!

    • Merci pour ton beau témoignage. Je te rejoins dans le fait que les occasions de dérapages sont nombreuses lorsque le soutient n’est pas à porté de main : nous vivons nous aussi à plus de 700 km de notre famille !
      Je te rejoins aussi dans le lien que tu fais entre la bienveillance et la paix dans le monde, le respect de la nature.

  19. Bonsoir
    Je trouve cet article tellement réaliste. Ma définition de l’education bienveillante aurait été la même et surtout le passage sur les efforts a fournir lorsque notre schéma dans l’enfance a été différent est très vrai. C’est tout a fait ça. Je suis une maman seule avec un grand de 8,5 ans et une petite de 18 mois. L’éducation bienveillante s’est “présentée” a moi qu’il y a peu de temps donc pas tjs évident d’agir vite et bien!!!
    En tout cas merci pour tout ça je découvre plein de choses cela fait parti des choses qui égayent mon quotidien.
    :-)

    Réponse
    • Je te souhaite de continuer à découvrir bien d’autres choses pour égayer ton quotidien et avancer sur la voie de la bienveillance ☺ Merci pour ton retour !

  20. Merci pour ce beau débat Clémentine. J’ai lu avec grand intérêt des commentaires aussi.
    Cela m’a tellement inspiré que j’ai raconté mon expérience sur mon blog. Je n’ai pas réussit à la mettre en contribution commune (pas très douée la fille) désolée.

    Bonne journée

    Réponse
    • Merci pour ton retour ! Le formulaire était fermé à la date du 10 (jour de ton commentaire) et c’est peut être pour cela que tu n’as pas pu contribué ?

  21. Coucou Clémentine !
    Ca fait longtemps que je ne suis pas passée sur ton blog (enfin, un petit mois à peine !) et je suis ravie de découvrir que tu vas parler de ce sujet !
    Même si notre petit renard n’a que 6 mois, nous nous posons beaucoup de questions sur l’éducation bienveillante, et étant moi-même assez impulsive dans mes propos, j’espère pouvoir porter sur mon petit un regard bienveillant et de belles paroles le plus possible.
    Je m’interroge beaucoup sur la frontière assez mince (selon moi) entre l’éducation bienveillante et le laxisme, car je me demande parfois si je n’aurai pas tendance à tout laisser passer, sous prétexte que cela fait partie de ses découvertes… Bref je m’interroge beaucoup et espère trouver des réponses !
    Bises

    Réponse
    • C’est un questionnement fréquent, et les livres proposés dans le challenge t’apporteront bien des réponses. En premier lieux, à l’âge de Petit Renard, le livre “Au coeur des émotions de l’enfant” t’apportera certainement bien des réponses. Puis “Parents efficaces” qui te permettra d’évaluer, pour toi, où se situe la limite. Car elle est différente pour chacune de nous ! Je te souhaite de belles découvertes !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des arbres !

Zéro déchet

Cartes Postales

Jardinage urbain

Encore un peu de lecture ?