Permaculture : les grands principes appliqués à la vie urbaine

Avr 13, 2018 | 6 commentaires

La permaculture ne se limite pas à une ou des techniques de cultures.

Elle est bien plus que cela. La permaculture est une manière d’appréhender le monde : c’est une philosophie de vie tournée vers la mise en place d’une société durable. Elle s’applique ainsi à tous les domaines de la vie : la culture de notre nourriture, mais aussi le logement, les déplacements et l’énergie, l’éducation, la santé, la gouvernance d’une entreprise… Il est ainsi parfaitement possible de vivre selon les principes de la permaculture en pleine ville, sans jamais jardiner. L’approvisionnement en nourriture, ainsi que son contenu seront toutefois réfléchis, bien entendu.

Je te propose aujourd’hui de découvrir les grands principes de la permaculture, et de voir comment les appliquer à la vie en ville. Dans un autre article, je te parlerai plus spécifiquement de culture en milieu urbain, notamment sur ton balcon.

Les grands principes de la permaculture

La permaculture repose sur trois grands principes :

  • prendre soin de la Terre : des sols, mais aussi de la planète dans sa globalité, ainsi que de la vie qui s’y épanouit
  • prendre soin des humains
  • partager équitablement les ressources

La permaculture nous invite donc à adopter un positionnement bienveillant par rapport à la nature, aux autres humains et à nous-même. Cette philosophie de vie globale est donc applicable quelque soit notre lieu de vie.

Les différents domaines d’application de la permaculture

La permaculture, en tant que philosophie de vie, s’étend donc à tous les domaines de la vie quotidienne, privée et publique. La fleur de la permaculture, initialement proposée par David Holmgren dans son livre Permaculture, en propose une vision synthétique. Voici la version proposée dans le livre La Permaculture, en route pour la transition écologique de Grégory Derville.

Ainsi, ce sont bien tous les domaines de la vie courante qui sont pris en compte dans une démarche permaculturelle. La production de nourriture n’est qu’une seule des pétales de la fleur, associée aux autres aspects de la vie quotidienne. L’idée est de partir des trois grands principes de la permaculture, et de les appliquer à ces sept domaines. La permaculture étant une démarche globale, des synergies se développent entre les domaines. Par exemple, une nourriture produite selon les principes de la permaculture pourra aussi être considérée comme un atout santé, puisqu’elle permettra de prévenir diverses maladies liés à la consommation de produits industriels. Elle pourra aussi faire partie d’un projet éducatif ou de réinsertion, participer à l’économie locale, être un projet commun d’un groupe de personnes motivés…

Comment associer permaculture et vie urbaine ?

Une fois que l’on a bien compris que la permaculture n’est pas seulement une méthode pour cultiver la terre, mais une philosophie de vie, on se rend compte que vie urbaine et démarche permaculturelle sont parfaitement compatibles. Ainsi, par exemple, voici quelques idées pour chacune des pétales :

  • production de nourriture : achat direct au producteur, en local, de saison et bio – jardinage collectif urbain, jardins partagés, Incroyables Comestibles…
  • construction et habitat : création d’un projet d’habitat partagé – constructions écologies, passives – éco-quartiers
  • outils et technologies : transports doux, vélo, marche, transport en commun – énergies renouvelables, panneaux solaires collectifs sur les immeubles par exemple
  • finance et économie : AMAP – monnaie locale – SEL (système d’échange local) – banques éthiques – économie circulaire
  • santé et bien-être : méditation – médecines douces
  • culture et éducation : pédagogie alternatives – école à la maison – ateliers artistiques – festivals culturels alternatifs
  • gouvernance et vivre ensemble : communication non violente – villes en transition – échanges de savoirs – participations à la vie collective : assises citoyennes, conseils citoyens indépendants…

Tu peux donc voir aisément qu’une démarche permaculturelle peut facilement être mise en place en ville. Dans certains domaines, cela sera même bien plus facile qu’en campagne : l’accès à des écoles alternatives, aux AMAP et marchés de producteurs locaux, aux transports en commun, praticiens de médecine douces… On trouve tout cela plus facilement en ville que dans les petits villages !

Il ne te reste donc plus qu’à t’y mettre, en choisissant en priorité les domaines qui te parlent le plus. Auras-tu envie de proposer des ateliers pour construire des lombricomposteurs en bois de palettes, de devenir animatrice allaitement bénévole à la Leche League, de monter un projet d’habitat participatif, de te mettre au vélo, de proposer un potager commun dans ton immeuble… Il y a tant à inventer !

Et toi, quelles sont tes actions permaculturelles actuelles ? Lesquelles as-tu envie de mettre en place ? S’il te plaît, partage ton expérience et tes envies en commentaires !

Bibliographie :

Le guide de la permaculture urbaine, Carine Mayo, Editions Terre Vivante, 220 pages, 22€ – lien de vente Decitre, lien de vente Amazon, lien de vente Terre Vivante

La permaculture, en route pour la transition écologique, Grégory Derville, Edition Terre Vivante, 208 pages, 25€ – lien de vente Decitre, lien de vente Amazon

Manuel de culture sur butte, Une démarche permaculturelle, Richard, Wallner, Rustica Editions, 223 pages, 29,95€ – lien de vente Decitre, lien de vente Amazon

Petits liens qui vont bien pour aller plus loin :


Cet article fait partie du challenge de Mars et Avril 2018 : Permaculture urbaine. Pour aller plus loin avec ce challenge et soutenir mon travail de rédaction, je t’invite à consulter ma page Tipeee .

Certains liens de cet article sont affiliés. Cela signifie que si tu achètes en cliquant depuis les liens de mon blog, je toucherai une petite commission sans que cela ne te coûte rien en plus à toi. Pour tout savoir sur les liens sponsorisés ou affiliés, et mes choix à ce sujet, je t’invite à consulter cette page. Je te remercie du fond du cœur pour ton soutien pour mon travail de blogueuse ♥

Note : pour les livres, je t’invite à regarder en premier lieu s’ils sont disponibles dans la bibliothèque de ta ville. Si ce n’est pas le cas, tu peux essayer de te les procurer dans une librairie indépendante autour de chez toi (clic). Pour commander en ligne, je t’invite à utiliser les liens affiliés de cet article. Merci ♥

6 Commentaires

  1. Merci Clémentine pour cet article complet, je ne pensais pas que les principes permaculturels s’appliquaient à d’autres champs que celui relatif aux plantations. Et cela correspond complètement à ce vers quoi nous tendons à la maison, on est d’ailleurs en train de changer de banque en ce moment pour des questions éthiques pour nous tourner vers le Crédit Coopératif… Le chemin est long mais je suis convaincue que si nos enfants ont un avenir positif c’est cette voie qu’il faut suivre.
    Je regrette juste que les pouvoirs publics ne se saisissent pas de ça, loin s’en faut malheureusement et ça ne fait que “freiner” toutes ces belles initiatives…

    Réponse
    • Oui, hélas, le cheminement de l’état est bien long. Ceci dit, de plus en plus de communes se saisissent de ces idées, et les mettent en application. A Grenoble, énormément de démarches en ce sens voient le jour. Et si bien entendu, certaines actions doivent se faire au niveau de l’état, je reste persuadée que tout germera d’en bas, et je suis ravie de voir que ça se développe ☺

  2. Merci pour cet article très complet. Ici nous sommes loin de tout ça mais apprendre à connaître c’est déjà faire un pas dans la bonne direction, non? De part mon domaine d’activité, je vais essayer de développer mes connaissances en pédagogies alternatives puis de les mettre en pratique.

    Réponse
    • Avec plaisir Eloise ! Je te souhaite une bonne découverte, et un heureux cheminement :))

  3. Merci beaucoup Clémentine pour cette belle présentation de la permaculture!
    Je vois que vous parlez de Grenoble, vous y habitez? J’y viens la semaine prochaine pour parler de mon livre sur la permaculture (celui avec la fleur en photo dans votre article), au Museum d’histoire naturelle, jeudi 26 avril à 18h30. Peut-être que je vous y verrai, ce serait avec plaisir!
    En plus je sois moi(-même impoliqué dans une démarche de forte réduction des déchets. Pas encore le zéro déchet mais j’essaye de m’en rapprocher ;-)
    Bonne soirée,
    Grégory Derville

    Réponse
    • Merci Grégory pour votre commentaire.
      J’espère pouvoir assister à la conférence, mais je ne suis pas certaine d’être disponible pour l’instant, selon l’organisation des activités de chacun à la maison. Je vous souhaite quoiqu’il en soit une bonne conférence !

Laissez une réponse à Coralie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Encore un peu de lecture ?

Ca t’a plu ? Continue ton cheminement écolo !

Tu recevras un mail par semaine, avec des astuces écolo, les récap des challenges écolo… Promis, je garde ces infos juste pour moi. Et pas plus d’un mail par semaine.

Et pour fêter ton arrivée, un mini-challenge d’une semaine pour faire tes premiers pas vers une diminution de tes déchets avec 7 astuces faciles et efficaces.

Pendant ce temps sur Instagram…