Voilà une semaine que j’ai commencé mon grand tri.

J’avais un peu peur. Je me disais : est-ce que je ne vais pas m’ennuyer à m’imposer ce tri quotidien ? Franchement, y’a des zones de la maison, y’a plus rien à trier. Comme la salle de bain par exemple.

L’accompagnement commence justement par la salle de bain. Je me suis donc prise pas la main, encouragée “Allez ma cocotte, c’est pas là que tu as envie de trier, mais on fait les choses bien, dans l’ordre, tu te l’es promis, tu te souviens ?»

Et là…

Je me rends compte que mon dernier tri de médicaments n’est toujours pas parti à la pharmacie, que je n’ai jamais trié mes barrettes qui ne servent à rien, que franchement, il serait temps de changer certains des gants. Et finalement, il n’y a eu qu’une seule journée où je n’ai rien trouvé à trier. Je suis heureuse d’avoir réalisé ce tri, même si je ne me sépare pas de grand chose : ce sont de toute façon des objets qui nous prennent de la place inutilement !

Je me suis donc au fil des jours, séparée de :

  • nos médicaments périmés ou inutiles
  • un déodorant zéro déchet qui m’irrite la peau, un autre maison qui est vraiment trop vieux
  • un serre-tête que j’ai en double
  • des élastiques trop petits ou usés
  • des pinces à chignons trop grandes
  • des barrettes que je ne porte plus
  • deux gants usés
  • un pot de beurre de karité périmé – je vais m’en servir pour graisser mes cuirs d’équitation
  • un savon à raser à composition bien trop chimique
  • une bouteille d’huile de bourrache périmée
  • un vieux spray dont je ne suis même pas certaine du contenu – spray pour cheveux ?

Alors finalement, moi qui croyais ne rien avoir à trier, j’en ai rempli une petite caisse. Un bien chouette début, je suis heureuse et fière d’avoir entamé ce tri !

☆☆☆ Pour me rejoindre dans ma grande aventure du tri, clique ! ☆☆☆