A moins de 3 mois, Petit Lutin dormait 7 ou 8 heures de suite la nuit. Vers 5 ou 6 mois, il en dormait 14 ou 15. Le rêve ! Il se réveillait vers 11h du matin, affamé, puis dès qu’il avait bu, il était tout heureux.

Et puis, suite à une poussée dentaire, il s’est réveillé 3 fois par nuit. Seule une tétée pouvait le rendormir, et cela me semblait plutôt normal car sa fièvre pouvait monter très haut : il avait besoin de réconfort. Ensuite, les nuits sont restées entre coupées, toutes les 3h, avec un chronométrage assez impressionnant.

J’ai entendu maintes fois, que ce soit de la part de notre médecin, de membres de notre famille ou de connaissances plus ou moins proches : “Mais laisse-le pleurer, il finira bien par se rendormir.” Je refusais. C’est que je suis têtue ! Le seul conseil valable que j’ai pu recevoir à cette période fut celui d’une excellente amie qui m’a dit “Faites comme vous le sentez tous les trois, et n’écoutez personne, et surtout pas les professionnels !” – elle entendait par là médecins et pédiatres.

notre-decouverte-de-l-education-bienveillante-clementine-la-mandarine

Mon Amoureux était en pleine préparation de soutenance de sa thèse, il était très stressé – qui ne l’aurait pas été à sa place ! – et j’étais persuadée que Petit Lutin ressentait tout ça et avait besoin d’être rassuré. J’étais fatiguée, mais je ne voulais pas lâcher !

La thèse en poche, suite à un rendez-vous chez le médecin pour une nouvelle poussée dentaire, mon Amoureux a voulu tester la méthode forte. J’ai fini par céder. On le laisse pleurer. Cette nuit affreuse a presque disparue de ma mémoire. Quand j’y repense, j’ai envie de pleurer, sans me souvenir de faits précis. La nuit suivante, Petit Lutin dormait d’une traite. A la poussée dentaire suivante, il était de nouveau malade avec une grosse fièvre, et les réveils nocturnes ont repris, pour ne pas cesser une fois guéri.

education-bienveillante-decouverte-clementine-la-mandarine

Mon Amoureux devait partir pour 9 mois travailler à Dijon, je restais seule avec Petit Lutin la semaine. C’était non-négociale : j’étais seule avec Petit Lutin, je gérais comme je l’entendais. Trois réveils par nuit, trois tétées, trois fois rendormis vite, ensembles, en co-dodo. Il était tout simplement hors de questions de devoir le laisser pleurer seul après chaque maladie ou de lui refuser le sein lorsqu’il souffrait la nuit.

J’étais épuisée. L’été, je suis partie rejoindre mon Amoureux à Dijon. J’avais l’impression de devenir folle tellement j’étais fatiguée. Mais je n’en démordais pas : Petit Lutin ne pleurait plus jamais seul, dans sa chambre, la nuit. Et non, le sevrer n’était pas la solution.

education-positive-clementine-la-mandarine

Alors, mon Amoureux a cherché sur internet. Au secours Google, mon Bébé de un an ne dort pas la nuit, et je ne veux pas le laisser pleurer seul, comment je fais ? Et là, Google nous a répondu “Demande à Isabelle Filliozat.”

Nous avons tout d’abord découvert le nombre incalculables de parents aussi perdus, épuisés que nous. Ce fut un gros soulagement. Et nous avons dévoré différents livres, notamment “J’ai tout essayé” et “Au cœur des émotions de l’enfant.” Je me vois encore, assise les pieds dans l’eau de la mini-piscine de Petit Lutin, sur le balcon, en train de pleurer en lisant ce livre, pendant qu’il jouait. J’ai senti que la bienveillance, l’écoute sont la solution.

éducation-positive-bienveillance-clementine-la-mandarine

Au final, Petit Lutin aura fait ses nuits à 3 ans. Son papa sera resté avec lui patiemment, pendant quelques jours, le gardant dans ses bras pendant qu’il pleurait. Grâce à cette écoute bienveillante, Petit Lutin a pu apprendre à dormir toute la nuit. Il n’est pas resté seul dans cet épreuve, et a toujours eu quelqu’un à côté de lui qui comprenait à quel point cela pouvait être difficile, quelqu’un pour lui dire qu’il l’aimait.

Et toi, dans quelles conditions as-tu découvert l’éducation bienveillante ? Cela a-t’il été en douceur, ou au court d’une épreuve difficile ? S’il te plaît, partage ton vécu en commentaires !

Petits liens qui vont pour aller plus loin :

education-bienveillante-clementine-la-mandarine challenge-education-bienveillante-communication-non-violente-clementine-la-mandarine