Le jour où j’ai arrêté de manger du sucre

Fév 2, 2015 | 61 commentaires

Imagine.

Tu rentres chez toi et uuuum, ça sent bon le chocolat ! Tu te diriges vers la cuisine et découvre un plat de muffins tout juste sortis du four. Il n’y a personne chez toi, tu n’as pas faim. Que fais-tu ?

Ce travail d’imagination, je le tire du livre Un zeste de conscience dans la cuisine d’Isabelle Filliozat. Si cette question te fait sourire, tu es probablement sensible au sucre.

Comment se traduit la sensibilité au sucre ?

Juste après avoir mangé du sucre, tu te sens bien. Puis tu traverses des périodes d’angoisse, de colère que tu n’expliques pas et ces fluctuations d’humeur sont récurrentes. Tu peux aussi avoir des problèmes de sommeil, de dépression, de désespoir…

Si avec certains de ces symptômes, tu raffoles de mets sucrés, ou alors du pain (sandwich, pizza…), il est possible que tu  sois sensible au sucre. Nous ne sommes pas tous égaux face au sucre !

Les effets du sucre sur la santé : pourquoi et comment ?

Pourquoi le sucre a-t’il de tels effets ?

Nous possédons des récepteurs doux sur le devant de la langue, très sensibles au sucre. En sa présence, ils envoient des opioïdes et de la dopamine, qui équivalent au message “C’est super bon” à la zone de récompense du cerveau, qui traite aussi les dépendances. Ainsi, le sucre peut rendre dépendant, au même titre que certaines drogues dures. Et plus tu en manges, plus il t’en faudra de grosses quantités pour avoir la même sensation de bien être juste après son ingestion.

effet-du-sucre-sur-le-cerveau-clementine-la-mandarine

L’insuline, qui régule le sucre dans ton sang fait tellement bien son travail lorsque tu en manges, que très vite, ta glycémie baisse, et ton corps en redemande. Regarde sur cette image le cercle vicieux :

Régulation du sucre dans le sang

La demande de ton cerveau pour l’activation du circuit de la récompense passe en priorité face à celui du self-contrôle. Donc lorsque tu as une fringale de sucre, ce n’est pas de ta faute si tu craques, c’est physiologique.

Et c’est grave docteur ?

Pourtant, le sucre blanc, raffiné est mauvais pour la santé. Il est responsable de caries, diabètes, sur-poids, il stresse l’organisme et a une responsabilité importante dans les maladies cardiovasculaires et les cancers.

Il ne comporte plus aucuns nutriments, que ce soit des vitamines ou des minéraux, et pour le digérer, notre corps doit puiser dans ses réserves. Le sucre raffiné induit donc aussi des carences.

L’industrie agro-alimentaire cache du sucre raffiné partout : dans les sodas, les pâtisseries bien sûr, mais aussi dans les plats préparés salés, les sauces tomates, la charcuterie…

Les effets du sucre sur la santé : pourquoi et comment ?

Euh… je fais quoi maintenant ?!

Ton corps, comme tout être vivant, a besoin de sucre pour vivre. Notre organisme et notre cerveau en première ligne consomme énormément de glucose. Alors, oui au sucre, mais pas n’importe lequel !

Privilégies les aliments a indice glycémique faible. Plus l’indice glycémique est faible, moins les effets cités plus haut sont importants car les pics d’insulines sont moins forts.

En gros, il s’agit de remplacer les produits raffinés, tels que le sucre blanc, les farines blanches par des sucres complets, produits sucrants naturels comme le sirop d’agave ou d’érable et des farines complètes.

C’est pour que nous nous entraidions toutes que le challenge du mois “Moins de sucre, moins de chocolat, toujours aussi gourmande !” est né. Nous allons découvrir des recettes qui nous permettrons de cuisiner avec gourmandise mais aussi très sainement.

Les effets du sucre sur la santé : pourquoi et comment ?

Et toi, que penses-tu de tout ça ? Es-tu comme moi, sensible au sucre, et fais-tu disparaître des plats entiers de muffins ? S’il te plaît, partage ton expérience en commentaires !

Sources :

Un zeste de conscience dans la cuisine, Isabelle Filliozat, Editions Marabout, 2012
Noyau accumbens, article Wikipédia
Dopamine, article Wikipédia
Par quoi remplacer le sucre raffiné ? Gala’s blog

Note :

Cet article a gentiment été relu et corrigé par Émilie, rédactrice du blog Nous sommes tous des graines, et biologiste. Je te remercie sincèrement pour le temps que tu as passé à m’aider ☺♥

61 Commentaires

  1. Rien que d’en parler (du sucre) ça me donne envie de manger du chocolat … Heureusement je suis au boulot et il n’y en a pas !!! Mais du coup je ressent du stress :/
    Help !!!

    Réponse
    • Ah oui, je te comprends ! Elle est terrible cette addiction au sucre. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de s’en sortir ☺

    • MDR! J’étais en train de me dire la même chose ^^

  2. une question que je me pose, comment allier aliments sains et petit budget ?
    le sucre complet, c’est tout de suite 5€/kg, la farine complète, les purées d’oléagineux, l’huile de coco … c’est cher (voire très cher).
    je suis d’accord qu’il y a des choix à faire, mais quand on vit à trois avec le rsa et qu’on essaye de faire attention à ce qu’on mange c’est difficile de boucler les fins de mois.

    Réponse
    • Je comprends tout à fait tes interrogations, et je te remercie d’avoir soulevé la question.
      Pour le sucre complet, je n’ai pas d’astuces. Je n’en ai jamais vu autre part qu’en magasin bio, où le prix est effectivement dans les 5€/kg.
      Pour les farines, tu peux regarder du côté des coopératives agricoles ou regarder pour les acheter directement au producteur ou à la sortie du moulin. Elles ont des tarifs très avantageux.
      Il est possible de faire ses purées d’oléagineux soit même, avec un bon mixer ou un mortier et un pilon et du temps et d’en diminuer le prix au moins par deux, si ce n’est plus.
      Quant l’huile de coco, je t’avoue ne m’en servir presque jamais. Une amie m’a offert un pot de 340mL l’année dernière et il n’est toujours pas fini. Dans la plupart des recettes, tu pourras le remplacer.
      Gaelle, du blog Better than Butter a écrit deux articles sur le sujet “Bien manger pour pas trop cher.” Peut-être y trouveras-tu des astuces ?
      Je te souhaite de tout cœur de trouver une solution !

    • Je comprends tout à fait la question du budget puisque je ne gagne pas le SMIC.
      J’ai gardé une faiblesse pour le chocolat quotidien. Sinon, sauf si je fais un gâteau pour les amis, je n’utilise pas de sucre.
      Pour la farine, je ne passe pas aux farines complètes que je trouve trop lourdes mais je ne mange ni pain, ni viennoiseries, ni… Au petit déjeuner, je prends des cracottes sans gluten pour lesquelles j’ai trouvé une marque peu onéreuse et je garde la farine blanche pour quelques occasions de tartes salées, gâteaux, etc. De gaufres pour les voisins aujourd’hui… car c’est la chandeleur.
      Je crois que j’achète au maximum un paquet de pâtes par an.
      Donc, pas d’élimination drastique mais une diminution considérable sans remplacement par des produits chers. Je préfère de loin acheter un kilo de fruits.
      Amitiés.
      Claire

    • Merci Claire pour le partage de tes astuces. Je suis sure qu’elles inspireront du monde ☺

    • l’huile de coco, c’est pour éviter la margarine. on ne consomme pas de produits laitiers, mais je suis pas sûre que la margarine soit terrible niveau santé. alors je cherche des alternatives pour les recette sucrées (j’utilise aussi de l’huile de tournesol).

      avec tout ce qu’on lit un peu partout, on ne sait plus quoi manger je trouve.

    • Coucou, as-tu essayé le réseau biocoop ? J’y trouve de la purée d’amande à un prix raisonnable, le sucre de canne est à 3,80€ le kg, donc si en plus on réduit la quantité de sucre dans les gâteaux, ça passe. Pour l’huile de coco j’en ai aussi mais je l’utilise pour la peau pas pour la cuisine. Pour la cuisine, je reste à l’huile d’olive ou de sésame la plupart du temps (5 personnes à la maison et des groooos mangeur ;-) )

    • Effectivement le sucre complet est plus cher au kilo , mais de base j’ai besoin d’en mettre quasiment deux fois moins pour arriver au même pouvoir sucrant que le sucre en bouche dans mes gâteaux . Le prix diminue donc de fait puisque j’achète au final pour le même nombre de gâteau 2 fois moins de sucre

    • J’évite la margarine aussi, à cause de l’huile de palme, et de même que toi, nous ne consommons pas de beurrre. Je n’utilise l’huile de coco que dans une seule recette (de cookies au chocolat d’Antigone XXI). Pour toutes les autres recettes, de l’huile liquide fait aussi bien le travail : chez nous, c’est olive ou huile spéciale friture (tournesol + sésame si ma mémoire est bonne).

  3. Bonjour à toutes,

    Je suis sérieusement addict au sucre et je n’arrive a en sortir que par périodes…. Je n’arrive pas à en manger peu. Je ne dois plus en manger du tout pour arriver à ne plus en avoir envie mais je passe par une période de sevrage assez difficile (maux de têtes, fatigue, tremblements….). Je suis comme un alcoolique, il suffit que je mange un dessert une fois chez des amis et me Voila a nouveau dans l’engrenage !! C’est tout ou rien.

    Et pourtant, je ne mange plus que des farines et cereales complètes, sucres complets…. Et ceci depuis plusieurs mois. Mais rien n’y fait et en plus, je travaille à domicile, ce qui n’est pas fait pour m’aider. Je suis trop prêt des placards a gâteaux de les enfants.

    Du coup, je participe à ce challenge pour voir comment vous faites, vos idées m’intéressent beaucoup….

    Réponse
    • Merci Isabelle pour ton témoignage.
      Je me permets une suggestion, mais sans connaître ton quotidien, alors je ne sais si elle est applicable pour toi.
      Peut-être pourrais-tu modifier le contenu du placard à gâteaux des enfants, en y mettant des biscuits et gâteaux au sucre complet ? Ainsi, tu seras moins tentée. En plus, ce sera meilleur pour leur santé !
      Tu peux aussi cuisiner toi-même leur goûter, même avec eux, cela fait une chouette activité à partager.
      J’ai le même problème que toi : travail à la maison + sensibilité au sucre et depuis que notre placard est vide de tout produit au sucre blanc, je trouve que c’est beaucoup plus facile.
      Je te souhaite beaucoup de courage ♥♥

  4. Je suis gourmande mais je ne dirai pas que je suis pas accro au sucre, j’avoue que j’ai déjà quelques bonnes habitudes de ce côté là, j’utilise des ingrédients complets, des sucres non raffinés, du sirop d’agave, etc…mais j’avoue que comme pour beaucoup le sucre appelle le sucre, si j’ai le malheur de manger un premier muffin bien sucré, l’envie est forte d’en goûter un deuxième puis un autre et encore un…non ça suffit!!!!

    Réponse
    • Merci Amandine pour ton témoignage ☺

  5. Pareil que beaucoup, je suis addict au sucre, mais à fond! J’arrive parfois à ne pas en manger pendant un moment, mais d’abord ça me rend irascible, et puis quand enfin ça fonctionne, il y a toujours bien un repas chez ma maman, où elle sort ses apéros interminables et ses desserts multiples.
    Et je replonge, bardaf.
    Je vais essayer de ne plus acheter de produits au sucre raffiné mais avec un loustic de 6 ans et demi ce n’est pas évident de passer outre le rayon des confiseries. Concrètement, vous connaissez des marques de produits délicieux au sucre complet? On n’a pas tjs le temps de cuisiner ici. Les gouters, ce n’est même pas la peine d’y penser, et le souper, ça doit aller vite puisque je rentre du boulot à 19h et que je ne veux pas que le petit monstre aille au lit trop tard.

    Réponse
  6. En tout cas merci pour cet article, j’avoue que je ne me suis jamais penchée sur la question physiologique de la chose, et pourtant c’est souvent quand on comprend ce qu’il se passe dans son propre corps qu’on réussit à se gérer.

    Réponse
    • Soph, je te réponds par mail pour la marque de biscuits au sucre complet que je connais, car je ne sais pas encore si je souhaite parler de marques en particulier sur mon site ou non… Donc en attendant de prendre ma décision, je t’envoie les informations par mail !

      Quant à éviter le sucre raffiné dans les autres aliments, il faut regarder les ingrédients : plats tout prêts, sauces tomates… dès qu’il est fait mention de sucre, sirop de glucose, sirop de maïs, c’est qu’il y a du sucre raffiné dedans.

      Je te souhaite une bonne chasse au sucre !

  7. Je n’ai pas lu les commentaires dessus…
    Mais pour ma part, j’ai changé mon alimentation (au fur et à mesure que je découvrais l’effet que les aliments ont sur moi) et clairement, j’évite le sucre.
    Je ne le digère pas très bien, et surtout je ressens clairement la dépression après en avoir mangé :-)

    Je te rejoins totalement sur l’effet addictif.
    Plus ça va, et moins j’aime manger sucré ; les quelques fois où ça m’arrive de manger un biscuit du commerce (ou même fait maison, selon la personne qui l’a fait) je trouve ça beaucoup trop sucré…
    Et je le regrette, mais clairement le chocolat me fait le même effet. C’est une drogue aussi, en janvier j’ai eu une période où j’ai recommencé en manger, et je me suis rendue compte très rapidement que j’avais besoin d’augmenter les quantités. Ca faisait un moment que j’en consommais de manière épisodique, et du coup ça me fait de l’effet, maintenant…

    Ca fait une semaine maintenant que j’ai réussi à de nouveau arrêter le chocolat, j’en ai encore envie mais beaucoup moins fort :-)
    Par contre, j’adore les fruits, je pourrais en manger tout le temps :D (au même titre que les légumes d’ailleurs!)

    Merci pour ton article, je trouve ça vraiment super intéressant :-)
    Prends soin de toi :-)

    Réponse
    • Quel chocolat manges-tu ? D’après mes lectures, mais je suis loin d’être experte en la matière, l’effet addictif du chocolat vient du sucre qu’il contient. L’effet est donc présent pour le chocolat au lait, le chocolat blanc et le chocolat noir peu chocolaté (55%, 60%…) Le chocolat noir à 85% de cacao a un indice glycémique de 20, ce qui est très bas, plus bas que le pain complet au levain ! Mais les autres chocolat contiennent beaucoup de sucre.
      Bon, ceci n’est qu’une piste de réflexion, que je me permets de partager car je l’ai vérifié sur moi ☺
      Je te remercie pour le partage de ton expérience, très enrichissante ☺

    • bonjour.
      moi aussi je n’arrive plus a m’arreter d’en manger .je sais plus quoi faire car cela me rend folle.je culpabilise apres mais le lendemain je recommence a me goinffrer de biscuits chocolat et nutella en grosse quantité.
      je suis desesperer d’avoir se comportement mais c’st plus fort que moi .
      pouvez vous m’aider svp

  8. Hmmm, c’est que ça donne faim !
    J’adore tout ce qui est sucré, je suis une véritable accro. Rien que de penser à des muffins me fait saliver.
    J’avais déjà envisager qu’on pouvait être dépendant au sucre, j’en ai maintenant la certitude.
    En tout cas ce sera un sacré challenge et merci à toi de le proposer !!

    Réponse
    • Merci Dora pour ton retour ! J’espère que ce challenge te donnera des pistes pour diminuer ta dépendance au sucre. Tu as raison, c’est un sacré challenge (ça fait 2 mois qu’on y travaille à la maison !!)

  9. En devenant végétaliens, nous avons arrêté d’acheter des pâtisseries toutes faites et les biscuits des supermarchés. Je fais touts mes gâteaux et autres biscuits à base de farines complètes et de sucres complets, j’utilise énormément le sirop d’agave. Cela faisait un moment qu’on n’achetait plus de bonbons non plus : remplis de colorants, de sucre rapide et de gélatine ! Le contenu des placards s’est modifié s’est sûr, mais le fait d’avoir une alimentation très complète nous évite ses petites fringales qui appellent à manger du sucré. On garde notre carreau de chocolat avec notre café après le repas de midi, les pâtes à tartiner maison, les brownies et autres muffins du goûter de temps en temps… et tout va pour le mieux !
    Bon courage à tous, ce n’est surement pas facile, mais ça passe probablement par un changement d’habitude alimentaire plus large.

    Réponse
    • Merci Valérie pour le retour de ton expérience que je trouve des plus enrichissantes. Nous avons à peu près le même parcourt à la maison, même si nous sommes encore dans les changements et les ajustements.

  10. Bonjour
    Quand j’ai lu le thème du mois “moins de sucre, moins de chocolat” je me suis dit CE CHALENGE N’EST PAS POUR MOI. Impossible !
    Mais cet article est vraiment très intéressant pour comprendre ce qui se passe quand on craque sur le sucre/chocolat.

    Je suis complètement accro au sucre et au chocolat, surtout au boulot avec le stress (je suis instit) . En fin de journée avec les collègues on se jette sur tous les paquets de bonbons ou de biscuits qui traînent dans les coins jusqu’à en être écœurées ! On mange même des trucs bien chimiques qu’on n’aime pas du tout, on ne peut pas s’en empêcher.
    Finalement quand je suis à la maison je suis beaucoup plus raisonnable. C’est vraiment lié au stress.

    Il y a quelques mois j’ai découvert le sucre complet, jusque là j’étais plutôt sucre roux et miel. Depuis je m’en sers quotidiennement , surtout pour sucrer le cacao du matin et pour faire les sirops maison à base de plantes. C’est extraordinairement bon et pas écœurant comme le sucre raffiné.

    Merci pour cet article très documenté.

    Réponse
    • Je te remercie Dominique pour le partage de ton expérience. L’effet, sur le coup, apaisant du sucre doit effectivement te faire du bien suite à une journée de travail stressante. Ce genre de cercle vicieux est difficile à briser, d’autant plus qu’à ce moment là, tu te trouves avec tes collègues ! J’espère que tu trouveras des astuces dans ce challenge pour t’aider ☺

  11. Coucou Clémentine,

    ici on a trèèèès fortement réduit la quantité de sucre. Il fut un temps où j’achetais 1kg de sucre par semaine pour couvrir les “besoins” de la famille, si on ajoute à cela le chocolat, les pâtes, la farine, le pain, cela faisait beaucoup. Par chance, nous ne mangions quasiment jamais de dessert (mon amoureux vient d’Afrique et chez lui on ne mange qu’un seul plat par repas)
    Nous avons radicalement transformé notre façon de cuisiner à l’arrivée de notre troisième loulou (qui était allergique au lait de vache), à ce moment là je me suis rendue compte à quel point nous laissions les autres décider de ce que nous mettions dans notre assiette (filière agro alimentaire, mes habitudes familiales…) nous avons d’abord supprimé toutes les sources de protéines de lait de vache, puis nous avons réduit fortement les quantités de sucre (on doit être à un peu moins d’1kg par mois tous sucres confondus) et là je me suis attaquée à la réduction de pâtes (au grand dam de mon plus grand qui est ado et se faisait des pâtes pour le goûter !)
    J’ai hâte de découvrir de nouvelles recettes différentes ! Je pense que ce mois va être très instructif !

    Réponse
    • Merci Christine pour ton retour. Ton histoire est passionnante. Il faut parfois être confronté à une difficulté pour rebondir et trouver des solutions qui nous permettent d’être encore mieux après ☺

      As-tu pensé aux pâtes complètes/semi-complètes pour ton ado ? J’imagine que oui… !

    • rohh que oui mais va savoir pourquoi, ça ne lui plaît pas :-( Bon c’est pas grave, je me dis qu’il finira bien par revenir à la cuisine de sa môman !

    • Oh c’est étrange. Celles que nous achetons n’ont pas tellement de différence de goût entre les blanches et semi-complètes.
      Mais comme tu dis, il reviendra à ta cuisine ☺ il dira à sa chérie “Ma Maman, elle fait ci ou ça comme ci ou comme ça :p

  12. J’aime beaucoup le challenge de ce mois! J’ai du revoir mon alimentation il y a +/- trois ans à cause d’un diabète gestationnel (je suis toute petite et maigre – 43kg sans avoir jamais dû faire attention) et ce fut un challenge aussi à l’époque… j’ai été confrontée au fait que notre alimentation dans la famille était loin d’être saine. J’ai dû arrêter le sucre dans le café et le yoghurt, oublier le choco sur les tartines, faire attention aux graisses et aux féculents. Cela a été une transition, mais je voulais le faire pour mon bébé, et j’ai changé ma manière de cuisiner pour mon mari et ma fille également. Après trois ans, je peux dire que les sucres ne me manquent plus, lorsque je mange un biscuit ou un dessert je suis rapidement écoeurée… donc les recettes de gâteaux et glaces sont réalisées avec de plus petites quantités de sucre qu’avant sans perdre de leur saveur, les truffes sans sucres…. Les pâtes, riz, semoules, pain… complets ont gagné leur place à la maison, ils ont tellement plus de goût et ‘nourrissent’ vraiment en comparaison aux variantes ‘blanches’. et une grande partie des graisses sont remplacées par l’huile d’olive. Mais j’ai encore beaucoup à apprendre pour continuer à améliorer notre alimentation! Vive donc le challenge de ce mois! Merci Clémentine!

    Réponse
    • Merci Marylène pour le partage de ton expérience. C’est enrichissant et aussi stimulant pour celles d’entre nous qui n’ont pas encore franchi le pas : c’est possible d’y arriver !

  13. Comme beaucoup, je pense être une accro du sucre et je n’arrive pas à dépasser cette accoutumance. Je vais suivre avec attention ce défi et essayer de le relever :-)

    Réponse
    • Merci Astrid pour ton commentaire. J’espère que ce challenge te sera très profitable ☺

  14. Bonjour!
    Alors moi je me suis sevrée de sucre il y a quelques années; je prenais beaucoup moins de plaisir à manger le dessert quand j’étais invitée. Et puis j’ai recommencé à en manger et, même si pour ma santé j’ai envie d’arrêter de nouveau, je me souviens de la grande frustration que ce sevrage me faisait ressentir… Étant déjà végétalienne (à la maison seulement), les plats préférés, “de fête” de mes amis ne sont pas ceux que je préfère (raclette, pizza – la seule pizza végé dispo est la 4 fromages et j’ai pas mal perdu le goût du fromage fondu- burger, ou au moins cakes et compagnie, or je mange beaucoup de légumes et ces plats en manquent trop à mon goût). Après le plat vient le fromage, que j’apprécie moyennement, puis le dessert, que j’appréciais moyennement aussi. Bref, l’impression de ne pas du tout profiter de la fête, ce qui faisait plaisir aux autres ne me faisait pas plaisir (et inversement d’ailleurs).
    Alors voilà, j’aimerais au moins me garder le dessert comme plat de “fête” apprécié par tous…
    Parce que la cause du végétalisme de toute façon est trop importante pour moi pour que je l’abandonne au profit d’une alimentation sans sucre.
    Du coup bon, je prends du sucre complet, des fruits secs de plus en plus, je ne sucre plus mes boissons yaourts etc, mais je fais encore très (trop?) régulièrement des gâteaux et desserts… Et puis ça m’embêterait aussi de me passer de cette énorme portion de la gastronomie, de la cuisine… Enfin bon, voilà. Il faudrait que je me trouve un juste milieu: manger le moins possible de sucre, mais juste suffisamment pour toujours l’apprécier…

    Réponse
    • Dans ce challenge, il n’est pas question de se passer de desserts ni totalement de sucre. Simplement, de remplacer le sucre raffiné et les farines blanches par des alternatives plus saines, ce que tu fais déjà au moins en partie d’après ton commentaire ☺

      Je comprends tout à fait ton souci, en tant que végétalienne, de ne pas partager le plaisir d’un repas avec tes amis. Dans le livre d’Isabelle Filliozat que je cite dans cet article, elle parle de cet aspects du partage des repas. Sa réflexion est des plus intéressantes, et si tu en as l’occasion, je pense que sa lecture t’intéressera. Sans t’apporter de solutions toutes faites, elle pourra au moins t’expliquer ce phénomène !

      Merci à toi pour ton retour et ta réflexion sur le sujet ☺

  15. Bonjour,
    Je vais participer avec enthousiasme à ce challenge. Je suis pour ma part complètement sensible au sucre. Tous les matins je me dis qu’il faut arrêter mais je n’y arrive pas. Pendant ma grossesse, j’ai fait du diabète gestationnel, j’ai donc fait un régime IG bas, sans sucres, que j’ai suivi à la lettre. Je ne me suis jamais sentie autant en forme qu’à cette période, même pendant les derniers jours de ma grossesse. La semaine avant d’accoucher, je marchais encore plusieurs heures par jour. Pour me faire plaisir, les gens m’ont apporté des sucreries la maternité et je suis replongée dans l’addiction sucrée…
    Allez, je vais essayer de profiter de cette dynamique!!
    Bonne journée!
    :)

    Réponse
    • Merci Manu pour ton retour d’expérience ☺ Que c’est motivant de savoir que tu étais bien plus en forme avec ton régime à IG bas !

  16. Ce sujet du manger mieux m’intéresse beaucoup.
    Nous avons déjà une alimentation très variée, pas trop sucrée (jamais de sucre raffiné sauf les gourmandises de la boulangerie qui sont des exceptions).
    Végétarienne, en transition végétalienne, je n’ai plus beaucoup de recettes sucrées qui collent avec les impératifs que je me suis fixée : sain, sans lait, sans oeuf et avec des aliments disponibles en vrac, et puis pas 36 ingrédients, des choses assez simples et rapides.
    Merci donc pour tes articles :). J’ai hâte de voir les recettes qui ont été soumises !

    Réponse
    • Oh Marie Mimi, la rédactrice du merveilleux DIY courses en vrac pour le challenge de Noël ! Merci pour ton commentaire ☺ J’espère que les recettes qui arriveront sur le blog te plairont !

  17. Bonjour, J’ai été une accros au sucre, vraiment, Mon rêve petite était qu’a mon anniversaire on me fasse un repas que de desserts :D
    Avant je travaillais dans une boite ou a chaque anniversaire la personne devait apporter des bonbons, et dans une boite de plus de 300 personnes, il y en avait presque tous les jours. Je ne résistais pas, complètement accros. Enceinte de gnome n°1, je ne pouvais plus, le gout sucré me restait en bouche longtemps, et m’écœurait, même plus envie de chocolat (c’est comme cela que j’ai su que j’attendais un bébé :D ). Pour gnome n°2, diabète de grossesse. Et puis petit à petit dans mes études de naturopathie, j’ai remis beaucoup de chose en question. A la maison pas de bonbons gélifié pleins de colorant… mais je préfère leur donner un carreau de chocolat. Je ne prend plus de sucre dans mon café depuis aout, j’ai diminuer petit à petit. Dans les gâteaux j’ai enlever 20 gr de sucre par 20 gr de sucre,e t maintenant je n’en met que la 1/2 par rapport à la recette. Pas de sucre blanc de betterave mais du sucre complet, du sirop d’agave, du sucre de coco. Pas de sirop dans les boissons, les enfants ne boivent que de l’eau. Dès qu’ils détectent un gout sucré, cela ne passe pas (même les jus de fruits, ce qui me vaut des surnoms de vilaine mère quand on est invité ou au restau et que je demande de l’eau pour eux… mais sinon ils ne boivent pas!)
    Bref quelques fois je prends du tout prêt pour les jours ou j’ai pas eu le temps, et nous trouvons cela beaucoup trop sucré. Et puis il y en a partout : mayo industrielle, plats tout prêt, dans les assaisonnements….beurk.

    Réponse
    • Merci Hildegarde pour ton retour plein d’optimisme car il nous montre qu’on peut le faire, même en étant accro au sucre au départ :D

  18. Après avoir travaillé plusieurs années dans la restauration rapide, où la cantine de l’entreprise se trouve être le restaurant lui-même, et où l’on mange des trucs qui exigent de bouger après (c’est marqué dessus) je suis devenue totalement dépendante au sucre. Impossible de terminer un repas sans un dessert. De ne pas manger chaque jour, même quand je ne travaillais pas, soit un sandwich, soit une pâtisserie, en dehors des repas.

    Bizarrement je ne suis pas devenue obèse, juste totalement dépressive, constamment épuisée, neurasthénique, engluée du cerveau et sujette à toutes sortes de manifestations dermatologiques. D’autant qu’à la base je suis intolérante au gluten et que je l’ai découvert bien après.

    Bref, quinze ans que je suis en détox, mais pas de la bonne façon, pas bien informée que j’étais. Les choses sérieuses, radicales on va dire (0 sucres), ont commencé il y a 56 jours. Parce que le sucre blanc, ce non-aliment, bousille la flore intestinale, en duo avec le gluten, en acidifiant tout ça et en favorisant les mauvaises bactéries. Mais le sucre pose problème même pris sous sa forme complète et bio, du moins tant que ces mauvaises bactéries n’ont pas été réduites à leur condition naturelle de minorités.

    Bizarrement rien ne me manque. Le régime sans gluten et sans lactose (le sucre du lait) m’a déjà bien préparée, il faut dire. Le plus ch*ant, ce sont les effets de la détox et le sucre qu’on trouve dans la composition de plein de produits salés, même dans les magasins bio.

    Tenter de s’en affranchir ensemble, c’est une très bonne idée, car on a vite besoin de partager et de soutien. :-)

    Réponse
    • Merci pour le partage de ton expérience. Je te remercie aussi pour les précisions au sujet de la flore intestinales. J’ai lu quelques éléments à ce sujet, mais je ne me suis pas encore penchée en détail sur la question.
      Je suis ravie de voir que déjà dans les commentaires de cet article, les échanges et l’entraide vont bon train ! Comme toi, je trouve que c’est bien plus agréable à plusieurs ☺

  19. Je savais que le sucre c’était pas bon et j’avais une assez bonne idée du pourquoi du comment… mais grâce à ton article et surtout grâce à tes illustrations géniallissimes je sais exactement pourquoi maintenant! Avant, j’étais une fille à desserts. Du genre, quand on allait au restaurant, je commençais par regarder la carte des desserts en premier… en je choisissais le reste en fonction du dessert que j’allais manger! Si je voulais un dessert bien lourdissime, je prenais un plat plus léger avant! Mais ça c’était avant que l’on me découvre une intolérance au blé (il y a plus de 10 ans maintenant) et donc que je ne puisse manger la plupart des desserts. J’ai donc aussi très rapidement arrêté tous les gâteaux, viennoiseries, biscuits etc. du commerce puisqu’ils contiennent tous de la farine de blé pour la plupart. Depuis, les rares choses sucrées que je mange sont faites maison avec de la farine d’épeautre complète, du sucre complet, du sirop d’agave ou d’érable. Et les rares fois où je mange des choses sucrées classiques du commerce (ou même préparées par d’autres) je ne me sens pas bien après: nausées, maux de tête, le coeur qui bat à 100 à l’heure… et même quand j’utilise des bons sucres chez moi, j’en utilise très peu. J’ai comme l’impression que mon palais est devenu hypersensible au sucre, même les bons! Tout ça pour dire que moins on en mange, moins il nous en faut, d’après mon expérience :-) Merci pour ce très chouette article qui regroupe tout ce que j’aime: des informations intéressantes apportées de manière claire et ludique :-)

    Réponse
    • Merci Natasha pour ton commentaire et le retour de ton expérience. C’est intéressant de noter que le palais s’habitue à moins de sucre, et le cerveau certainement aussi. Tu es certainement plus proche de ce que notre corps a besoin comme sucre pour être en pleine forme ☺

  20. Ce sujet m’intéresse tout particulièrement en temps que maman. J’ai moi-même été très portée sur le sucre, et ai mis plusieurs années (sans grand volonté au début il est vrai, parce que ma seule info sur le sucre était que “c’était mauvais”) à m’en défaire. Mais j’avoue qu’il est difficile pour une maman d’enfants socialisés de contrôler tout ce qu’ils consomment. A la maison les bonbons sont exceptionnels, le chocolat en carré est réservé au week-end, les pâtes à tartiner sont maison (avec du sirop d’agave) etc. Mais cela ne les empêche pas d’ingurgiter des tas de bonbons à l’extérieur (chez les voisins, aux anniversaires), des biscuits ou gâteaux industriels (à l’école lorsqu’on fête un anniversaire, à la cantine…) et de faire leur addiction comme ça. Du coup mon attitude restrictive est un peu vécue en frustration, et ils se lâchent sur le sucre dès qu’ils le peuvent. Je serai intéressée de savoir comment les autres mamans font.

    Réponse
    • Je me pose bien souvent les mêmes questions que toi. Petit Lutin rentre souvent très enthousiaste de l’école lorsqu’il y a eu un anniversaire, avec bonbons. Et souhaite en offrir lui aussi pour son anniversaire, car “ça plaira aux amis de la classe Maman je pense.”.
      Il est encore petit pour l’instant, et n’a donc pas souvent l’occasion de manger du sucre en dehors de ces goûters d’anniversaire. Nous avons l’immense chance que la cantine de son école soit exceptionnelle et que tout ce qui y est présenté soit frais et cuisiné maison.
      Mais c’est vrai que la balance est difficile à trouver entre frustration et santé.

  21. Hi hi, Emilie a été très gentille, effectivement, mais on écrit ‘gentiment’ !
    ‘Gentillement’ ne s’utilise plus depuis… la fin du 12è siècle ! :-)

    Réponse
    • Merci Joha pour ta remarque. J’ai toujours aimé le vintage ;-) Je corrige en tous cas !

  22. Pffff c’est tout à fait ça ! j’en mange j’en mange hop j’ai encore envie ! quelle horreur mais c’est tellement bon ! J’essaye de réduire pas mal mais j’arrive pas à dire non quand on me propose du sucre (gâteaux, chocolats …).

    Réponse
    • Merci Julie pour ton retour et je te souhaite de réussir à te sortir de tout ça si tu le souhaites :-)

  23. Merci pour cet article très intéressant et plein de fraicheur!
    J’essaie moi aussi de modifier mes habitudes alimentaires et celles de ma famille (comme c’est moi qui cuisine!)
    Ce qui m’ennuie beaucoup dans tout ça c’est le remplacement des produits raffinés par des produits certes plus sains mais qui viennent de l’autre bout de la planète (sucre de canne, lait de riz ou soja, sucre d’agave…). J’essaie de manger le plus “locavore” possible donc je suis face à un dilemme…
    Et vous partagez-vous ces réflexions?
    Merci!!!

    Réponse
    • Merci Lucile pour cette réflexion. Tout ça est effectivement bien complexe et mérite d’être souligné !

      Pour ma part, je fais l’exception sur le sucre de canne complet, du sirop d’agave et d’érable puisque l’on ne peut pas trouver de sucre de betterave complet. Cependant, comme nous en consommons de moins en moins et que nous l’achetons le plus possible en vrac, ça limite l’empreinte carbone.

      Pour le lait, nous consommons du lait de riz ou d’avoine produit entièrement en Italie (agriculture + réalisation du lait) ce qui vu de Grenoble n’est pas loin. Il existe aussi du riz produit en Camargue et il est possible de faire son propre lait de riz. Tu peux aussi faire du lait d’amandes (transport par bateau), de noisettes (locales), …

      Nous mangeons locavore au maximum aussi (AMAP, marché de producteurs…) et nous avons choisi certains produits pour notre “exception Marco Polo”. Tout ceci est une longue et complexe réflexion personnelle, c’est sur, et chacun doit y trouver son propre équilibre. Bonne réflexion à toi ☺

  24. Je suis plus salé que sucré, mais ton article est très intéressant. J’ai lu aussi les commentaires précédents, qui sont très intéressants.
    Avant, je ne savais pas que le sucre roux n’était pas forcément mieux que le sucre blanc. Par contre quand j’ai regardé les prix du sucre complet, ça m’a fait halluciner – et j’ai reporté son achat à plus tard. Du coup, merci pour l’astuce de la Biocoop, il faut que je regarde s’il y en a une vers chez moi.
    Je suis bien d’accord que sucrer est une habitude (comme saler en fait) : avant, je buvais une toute petite tasse de café avec un morceau de sucre entier, et maintenant, dans une grosse tasse, j’en prends un demi.
    Bref, nous consommons beaucoup trop de sucres chez nous, même si on évite les aliments trop transformés. Je suis en train de modifier le contenu de nos placards, mais petit à petit, car c’est un sacré investissement de tout chambouler quand même.
    Je crois que je ne me rends pas compte du pouvoir addictif du sucre, mais du coup c’est bien de nous en faire prendre conscience : je vais essayer de le diminuer pour voir :)

    Réponse
    • J’achète mon sucre complet à la biocoop en vrac à 4 euros le kilo. comme on a diminué notre consommation en réalité ça ne fait pas si cher…. et la qualité est mille fois meilleure.

  25. coucou ! ici on a opéré cette mutation il y a quelques temps déjà. On consomme encore du sucre, mais intégral à raison de 1kg par mois. j’achète 250 ml de sirop d’agave tous les…3 ou 4 mois. Et des dattes pour sucrer naturellement On s’en porte très bien !
    par contre le sucre intégral n’a pas le même gout, il est plus épicé, j’ai une copine par exemple à qui ça plait moins donc quand elle vient manger… je fais le dessert au sucre blanc qui du coup me duuuuuuuuuure trèèèèèèèèès longtemps!

    Réponse
    • Merci Linette pour ton retour. C’est vrai que le sucre intégral a beaucoup plus de goût. Il est des boissons notamment dans lesquelles nous ne l’aimons pas, comme le café par exemple, pour mon Amoureux. Il utilise donc du sucre roux.

  26. bon ben , je crois que je suis sensible au sucre car je me reconnais entièrement dans la première partie de l’article !!!!
    Faut dire que j’ai été à mauvaise école car d’après ma mère , je revenais de chez ma nourrice avec pleins de bonbons (et j’avais moins de 3 ans) et plus tard le marchand de bonbon du marché était ami avec mes parents donc les sucreries ça y allais !!!
    Bon du coup, je fais gaffe pour mes enfants et moi j’essaye de résisté à mes envies de grignotages !!!
    Bonne journée !!!

    Réponse
    • Merci Laetitia. Je ne sais pas si cette sensibilité s’acquière enfant ou n’importe quand, mais cela semble logique en tout cas ! Je te souhaite bon courage dans ta démarche :)

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Encore un peu de lecture ?

Ca t’a plu ? Continue ton cheminement écolo !

Tu recevras un mail par semaine, avec des astuces écolo, les récap des challenges écolo… Promis, je garde ces infos juste pour moi. Et pas plus d’un mail par semaine.

Et pour fêter ton arrivée, un mini-challenge d’une semaine pour faire tes premiers pas vers une diminution de tes déchets avec 7 astuces faciles et efficaces.

Pendant ce temps sur Instagram…